KOVince

Petit Paquet Logo

– Abonnez-vous sur iTunes
– Abonnez-vous sur Google Play
– Aimez notre page sur Facebook
– Écoutez l’épisode de cette semaine sur Spreaker


On attendait l’édition de mardi de Smackdown à Las Vegas en raison du retour de Vince McMahon et des combats de championnats au programme.

Finalement, Kevin Owens, de Marieville, a volé la vedette en faisant l’impensable – il a levé la main sur le patron de la WWE.

Comme Stone Cold Steve Austin à l’époque. Une consécration pour KO et une surprise de taille pour les spectateurs.

C’était un Smackdown qui nous a agréablement surpris.

Kevin Owens contre Vince McMahon

WOW – tout simplement.

On l’avait annoncé et il était présent, Vince McMahon est venu adresser la situation opposant son fils Shane McMahon à Kevin Owens et, soyons honnêtes, on l’a jamais vu venir.

À 72 ans, Vince McMahon était de mauvais côté d’une correction après avoir donné une promo très «heel» pour écraser la menace de poursuite de Kevin Owens et confirmer un match entre Shane et KO dans une cage à Hell in a Cell. Ça, c’était le scénario anticipé. Tout le reste, c’est de la pure science-fiction qui se dévoilait devant nous.

La WWE a offert à Kevin Owens une rampe de lancement, similaire à Stone Cold Steve Austin, et semblable à celle qui a fait la renommée d’Owens (à l’époque Kevin Steen) à la ROH lorsqu’il était en opposition directe avec Jim Cornette. Pour Owens, après quelques mois plutôt calmes, c’est le jour et la nuit. Il vient de mettre la main sur le patron et les choses ne seront plus jamais les mêmes. La perception envers Owens sera différente, les attentes aussi.

Tout ça c’est pour le mieux et KO est prêt pour le défi, il a fait ses classes chez les McMahon, il n’a plus besoin d’attendre son tour.

C’est son tour, ici et maintenant, et Smackdown vient de se relancer d’un seul (brillant) coup de tête.

The New Day retrouve son championnat par équipe

On veut les voir se battre à jamais et c’est ce qu’on nous donne.

Les Usos et New Day ont échangé les championnats, une fois de plus, dans un très bon «street fight». La rivalité va se poursuivre, c’est juste trop intéressant dans le ring pour abandonner le tout.

Il y a aussi un désir d’établir New Day comme la meilleure équipe de tous les temps, alors, ils doivent augmenter le nombre de championnats à leur résumé.

Ultimate Ziggler

Dolph Ziggler a fait deux apparitions cette semaine, encore avec sa même rancoeur et ses fausses entrées.  On se fatigue vite, mais on sent que Ziggler trouve ses aises.  Je suis curieux. 

Natalya s’impose

Décevant match retour pour Naomie, mais au moins on positionne Natalya solidement au sommet de la division, malgré les distractions et James Ellsworth au bout d’une laisse.

On pensait que Vegas serait peut-être le théâtre d’un «cash-in» pour Carmella, mais non. On attend et c’est judicieux.

Tout le reste

Jinder Mahal a fait une autre promo complètement beige et, bien honnêtement, j’ai tout oublié. Il n’aime pas les expressions faciales d’un Shinsuke Nakamura absent pour la soirée. Ah bon.

A.J. Styles et Tye Dillinger ont manqué un peu de temps, semble-t-il, et on positionne Baron Corbin plus près du champion des États-Unis. Pourquoi pas.

Le défaut d’une émission chargée avec de gros segments comme celui de Vince McMahon, c’est qu’on doit couper quelque part. Absents cette semaine : Bobby Roode, les Fashions Files (mutés à 205 live), presque toute la division féminine, Nakamura et Randy Orton.

Au moins, on a eu un petit match de Chad Gable et Shelton Benjamin.

Qu’avez-vous pensé de ce Smackdown marquant?



Commentez cet article