86246-full

20 janvier 1996, un grand jour pour la technologie et la façon de regarder le hockey à la télévision. Du moins, c’est ce que le réseau FOX voulait nous faire croire. On se rappelle maintenant cette date pour l’un des plus grands flops de l’histoire de la LNH : la Glow Puck (ou la rondelle fluorescente).

Oui, c’est lors du Match des étoiles de 1996 que Fox allait dévoiler sa nouvelle technologie à la fine pointe afin de ne plus jamais perdre de vue la rondelle lors d’un match. On se rappelle qu’à l’époque, avant les télévisions HD, le petit disque noir se perdait à l’occasion en raison de la qualité de l’image. La solution de Fox était simple : mettre de la couleur sur la rondelle et voilà, le tour est joué.

Mais ce n’était pas aussi simple que de mettre une ligne de premier jeu au football, notamment parce qu’une rondelle ben, ça bouge tout le temps.

75ba95c0-65f6-11e4-afdd-85933a8665fa_foxtrax2

C’est donc avec une confection avancée technologiquement et un système de capteurs qu’on allait lancer ce projet maintenu en ondes jusqu’en 1999, là où il est mort de sa belle mort lorsque le hockey passa de FOX à ESPN.

En plus d’être plus pesante qu’une rondelle traditionnelle, la Glow Puck était alimentée par une batterie et elle devait être remplacée toutes les dix minutes, sinon le faisceau de lumière n’apparaissait plus lors de la diffusion.

800px-Electromagnetic_Transmitting_Puck_2

691px-Electromagnetic_Transmitting_Puck_3

Cette technologie appliquée à la rondelle souleva énormément de critiques, notamment celles remettant en cause l’intégrité du jeu et du sport. La télévision ne devait pas dicter la façon de faire sur la glace, non monsieur.

Cela dit, c’était une tentative honnête d’un gros réseau américain d’intéresser nos voisins du Sud à notre sport. L’effort était là, on repassera pour le résultat.

On vous invite d’ailleurs à lire cette histoire complète de la Glow Puck d’un des développeurs du projet, Rick Cavallero.

Sinon, nous avons des vidéos publicitaires pour vous faire revivre le buzz d’antan.

Nous aimons tellement les années 90.



Commentez cet article