6

David Desharnais sera absent trois semaines en raison d’une fracture du pied gauche.

Ironiquement, c’est peut-être une bonne nouvelle pour lui. Parce que David, comme le CH, en arrache.

Être à la fois Québécois et membre du Tricolore, ce n’est pas toujours évident.

C’est pour ça que Balle Courbe souhaite un bon «21 jours sans se faire critiquer» à David et en son honneur, voici d’autres Québécois qui ne l’ont pas eu facile à Montréal.

06

Mike Ribeiro

Au début des années 2 000, les «Trois Amigos» faisaient la pluie et le beau temps à Montréal. Mike, José Théodore et Pierre Dagenais sortaient régulièrement ensemble et ça énervait tout le monde, y compris le capitaine Saku Koivu.

Trop frêle pour un centre, trop lent pour la Ligue nationale, Mike Ribeiro était toujours critiqué.Au moins, Janne Niinimaa nous l’a fait vite oublier…

05

Mathieu Dandenault

Pour certains, c’était un mauvais défenseur et pour les autres, un mauvais attaquant.

Sa polyvalence lui a plutôt nuit lors de son passage à Montréal, de 2005 à 2009.

84 Guillaume Latendresse 2009 04

Guillaume Latendresse

Photo : Guillaume Latendresse 2009 (Getty Images)

Après avoir scandé «Guy, Guy, Guy» au Centre Bell lors de son premier camp d’entrainement, les partisans n’ont pas été tendresse envers Guillaume.

Pas assez robuste, pas assez de buts récoltés. Ce n’est jamais facile pour un jeune Québécois, surtout lorsqu’il épate à un jeune âge.

(NDLR: parlez-en à Louis Leblanc)

03

Jocelyn Thibault

Remplacer Patrick Roy au début de ce qui allait devenir les pires années de l’histoire du Canadien, il faut avouer que Jocelyn était dans une position peu enviable au milieu des années 90.

Il n’a jamais été à la hauteur des attentes et quelques années plus tard, il sera échangé contre Jeff Hackett.

02

Patrice Brisebois

Photo : canadiens.nhl.com

Après avoir gagné la Coupe à sa saison recrue, la lune de miel entre Patrice et les amateurs ne dure pas. Surpayé selon certains (4 ans, 16 M), ses blessures et ses carences défensives lui valent les huées de la foule.

Il signe comme joueur autonome au Colorado à l’été 2005.

01

Patrice Brisebois, the redemption

À son retour avec le club pour les saisons 2007-2008 et 2008-2009, il a fait un très bon travail de vétéran à la ligne bleue, aidant nos jeunes à prendre leur place.

À un salaire plus que raisonnable (700 000$ et 750 000$), Patrice a su terminer sa carrière en beauté et à Montréal. Chapeau!



Commentez cet article