Jaromir Jagr

Seriez-vous honoré de voir le numéro 68 terminer sa carrière à Montréal?

Peut-il encore aider une organisation comme celle du Canadien? Il est vrai que la légende vivante se fait vieillissante, mais n’essayez pas de me faire croire que le voir endosser l’uniforme bleu-blanc-rouge vous laisserait indifférent.

Il y a sûrement des sceptiques qui verraient d’un mauvais œil l’arrivée de Jagr à Montréal. La signature d’un contrat sous-entendrait qu’il aurait droit à un temps de glace raisonnable. Ça ne serait pas simplement pour le show.

Il y a quelques bémols, comme sa position (il joue à l’aile gauche). Mais s’il pouvait véritablement nous aider?

La production offensive

Jaromir ne s’est pas hissé au deuxième rang des meilleurs pointeurs de l’histoire seulement grâce à Mario.

En 2015, le joueur tchèque n’avait pas encore terminé de défaire ses valises qu’il avait déjà amassé 18 points à ses 20 premiers matchs avec les Panthers.

La saison suivante, à l’âge de 44 ans, il a terminé au premier rang des compteurs de son équipe. À l’inverse du numéro 68, aucun joueur du CH n’avait réussi à atteindre le plateau des 66 points cette année-là.

L’intuable athlète a conclu la plus récente campagne avec 46 points, bon pour le 4e rang de sa formation.

J’en entends plusieurs répondre que la science du hockey, c’est bien plus que des statistiques de production offensive. Justement.

Jaromir Jagr

Crédit: Getty Images

Le cœur à la bonne place

Jagr n’est plus aussi vif ni même endurant que jadis. C’est vrai. Mais sa vision du jeu est remarquable et tous ceux qui le connaissent vous diront qu’il est difficile de trouver plus dévoué. Ses entrevues d’après-match sont éloquentes.

L’influence positive qu’il apporterait dans le vestiaire serait non négligeable, sans parler de celle sur la glace.

Il veut avant tout gagner, pas battre des records.

Pas mauvais en défense

Du côté des +/-, Jagr se classe au 24e rang de l’histoire de la LNH. Et même si ses belles années à Pittsburgh sont choses du passé, il continue de bien paraître.

À ce chapitre, voici la fiche du noyau des attaquants des Panthers (saison 2016-17) : Vincent Trocheck (-13), Aleksander Barkov (+13), Jonathan Marchessault (-21), Jaromir Jagr (+2), Reilly Smith (-13), Jussi Jokinen (-15), Jonathan Huberdeau (-2), Colton Sceviour (-16), Derek MacKenzie (-7) et Nick Bjugstad (-19).

Avec un temps de glace moyen de 17 minutes par match, il serait faux de dire qu’il n’était utilisé qu’en avantage numérique.

Un homme de fer

Depuis la saison 2013-14, Jagr a disputé au moins 77 parties lors de chacune des campagnes.

Il a toujours le feu sacré et visiblement, il tient à disputer au moins une autre campagne dans la Ligue nationale de hockey.

Pas besoin d’être le plus rapide pour suivre la cadence.

En pourparlers?

Calgary? Caroline? KHL? Les rumeurs au sujet du vétéran sont nombreuses ces jours-ci.

Lundi après-midi, le site Enprolongation.com a attiré mon attention sur une déclaration du blogueur Jimmy Murphy. Ce dernier a affirmé que le DG du Canadien s’était entretenu avec l’agent de Jaromir Jagr.

Advenant une entente, quel type de rôle lui réserverait le personnel d’entraîneurs?

Peu importe le trio, il aurait certainement sa place sur l’une des deux unités d’avantage numérique.

Ce serait spécial de le voir jouer pour le CH. D’apprécier l’accueil que lui réserverait les partisans lors de chacune des rencontres. Et pourquoi pas de le voir accrocher ses patins avec un chandail des Glorieux sur le dos. Qui sait…

Souhaiter ce type de scénario, c’est aussi ça être fan de hockey, non?

Jaromir-Jagr

Crédit: Getty Images

Suivez-moi sur Twitter : Vin100Noel

***

Pour lire mes autres chroniques, palmarès et nouvelles insolites, cliquez ici



Commentez cet article