Le Royal Rumble est mon évènement préféré dans l’année. Pas seulement au niveau de la lutte : il surclasse Noël et ma propre fête. Si je l’aime autant, c’est que sa formule permet une diversité de surprises, autant dans les entrées des lutteurs, dans les éliminations, dans les gagnants et encore plus!

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de mes moments préférés de l’histoire du Royal Rumble.

Avant de commencer, allons-y de deux mentions spéciales : les commentaires de Bobby Heenan au Royal Rumble de 1992 et l’arrivée de AJ Styles 24 ans plus tard.

10 — Chaque fois qu’un lutteur est éliminé avec un finisher

Oui. Je sais. La dixième position est occupée par plusieurs moments. C’est justement ce qui fait que le Royal Rumble ma soirée préférée de toute l’année. Il ne faut pas regarder ailleurs que la télé un seul instant, un battement de cils peut vous faire manquer un spot qui vous ferait dire « Oh My God » comme si vous étiez Joey Styles.

À chaque fois qu’un lutteur élimine un adversaire avec son finisher, c’est de la poésie visuelle. Que ce soit Brock Lesnar qui balance Matt Hardy avec un F5 ou Kane qui passe Sabu à travers une table, on assiste à une élimination surprenante. Dans le dernier cas, on est aussi surpris de voir Sabu ne pas botcher un spot impliquant une table.

Shawn Michaels s’est autosurnommé Mr Wrestlemania, mais comme dirait Stan dans Les Boys « Dans mon livre à moi, il est aussi Mr Royal Rumble ». Principalement parce que le Sweet Chin Music se prête si bien à une belle élimination. C’est fabuleux, peu importe si c’est sur Shelton Benjamin au Rumble 2006 ou Diesel pour la victoire en 1996. C’est de la Sweet Chin Music à mes oreilles.

Une élimination avec une manœuvre finale est si impressionnante qu’elle rend intéressants des personnages dont on se fiche. Personne n’est intéressé par The Ascension, mais imaginez Konnor et Viktor, sur le tablier, qui se font éliminés d’un étrange double Kinshasa de Shinsuke Nakamura; tout le monde sautille de joie!

9- Paul London revole comme une poupée de chiffon

Je pourrais bien décrire tout ce qui s’est passé lorsque Gene Snitsky a éliminé Paul London 2005, mais je vous suggère plutôt d’aller le voir.

N’en voulez pas trop à Snitsky, ce n’était pas de sa faute.

8- Asuka gagne le premier Royal Rumble féminin

Après avoir booké les femmes, oups pardon, les Divas, comme de la bouette durant des décennies, la WWE s’est autocongratulée de faire la Révolution (parce que c’est révolutionnaire de bien traiter les femmes).

Ce soir de 2018, les chances n’étaient pas nécessairement de leur bord. Nous assistions au deuxième Rumble de la soirée et malgré tout, la finale aurait pu être discutable. Après tout, quel est le photo finish du premier Money In The Bank féminin? James Ellsworth, un homme, au sommet de l’échelle avec la mallette dans les mains.

Ceux qui ont fait gagner Santino Marella déguisé en femme pour devenir Miss Wrestlemania neuf ans auparavant ont offert un de mes Royal Rumble préférés ce soir-là.

Ce moment aurait été plus haut dans ma liste si la WWE avait mis une lutteuse qu’on aurait aussi aimé voir gagner comme finaliste dans la compétition. À la place, ils ont mis Nikki Bella pour nous vendre la victoire d’Asuka, ce qui a résulté en une joie diluée dans un grand soupir de soulagement.

Quoi qu’en même temps… qui aura sa chance au titre féminin de RAW lors du main event d’Evolution? Eh oui, la vedette de télé-réalité Nikki Bella compétitionnera à l’évènement créé à la WWE pour nous montrer qu’ils comprennent la place des lutteuses. On n’y échappera jamais.

Malgré tout, la WWE a fait gagner une bonne lutteuse qui le méritait et ça, c’est beau.

7- CM Punk domine le Royal Rumble

CM Punk est ton cousin plus vieux que toi qui est tellement cool que tu le deviens toi aussi en traînant avec lui. En 2010, le leader de la Straight Edge Society a eu le ring à lui seul après avoir éliminé Dolph Ziggler et Evan Bourne. Il en a profité pour prendre le micro et nous faire un sermon comme seul lui sait le faire.

Il se fait ensuite envoyer JTG qui essaie de nous faire croire qu’il a une chance. De retour seul dans le cercle carré, le Best In The World continue de nous parler.

Entre ensuite Great Khali que le Chicago Made tentera de convertir à une vie de sobriété, en vain. Tout s’arrête alors que Beth Phoenix devient la deuxième femme à entrer dans le match de renommée!

Elle élimine Beurk Khali en l’embrassant et on peut entendre un annonceur dire « never trust a woman » parce que la Révolution n’est pas encore arrivée. Malgré tout, l’échange qui suit avec le futur mari d’AJ Lee se défend, mais elle passera tout de même par dessus la troisième corde.

Woo-woo-woo, you know it! Zack Ryder recevra un coup de micro et sera expulsé du ring aussi vite qu’il l’a été de la mid-card. Ce vide laissera du temps à The Voice Of The Voiceless de nous rappeler qu’il est meilleur que nous tous, ce qui est indéniable. On s’ennuie de toi, Punk.

Triple H fera ensuite son entrée sous les cris d’une foule heureuse de voir le duel qui suivra. Triple H l’éliminera rapidement parce que c’est ce qui se passe quand tu es trop populaire près de Hunter dans cette compagnie.

Étant entré en troisième position, ça aurait été surprenant (et même ennuyant) que tout le Rumble suive ce rythme, mais il s’agit de mon début de Rumble préféré.

6- Hulk Hogan et Ultimate Warrior s’affrontent pour la première fois

Montrez des lutteurs à des non-initiés et ils risquent de reconnaître Hulk Hogan et l’Ultimate Warrior tellement ils sont légendaires. Au Royal Rumble de 1990, après s’être débarrassés des lutteurs de trop sur le ring comme s’ils étaient Marie Kondo, les anciens membres de The Mega Powers se trouvent seuls sur le ring. Écoutez la foule lorsque l’Ultime Guerrier se retourne. Malgré les personnalités douteuses des deux lutteurs, ce moment demeure iconique.

5- Shawn Michaels est éliminé!

Oui, je sais, encore lui, le Showstopper est aussi le Balle Courbestopper!

Le Royal Rumble sert ici aussi à faire avancer les histoires et je trouve que ce moment est parfait pour le démontrer. En 2009, Shawn Micheals n’avait pas réussi à vaincre l’Undertaker. En 2010, il voulait tout faire pour l’affronter à nouveau à Wrestlemania alors qu’Undertaker refusait systématiquement ses invitations. Sa seule façon d’avoir une deuxième chance? Gagner le Royal Rumble pour une troisième fois dans sa carrière.

On retrouve un Shawn Michaels prêt à tout, même à balancer son meilleur ami Triple H avec un Sweet Chin Music (ce qui fait que ce moment occupe simultanément la dixième place de ce palmarès)!

Cette élimination survient alors que Batista s’élance et pousse dans le dos le Heartbreak Kid qui venait de kicker Edge en pleine poire. Michaels perd l’équilibre et tente en vain de rattraper la corde, mais embrasse le sol. Aussitôt au sol, il s’éprend le visage : c’est terminé pour lui. Il ne pourra jamais se prouver face à l’homme d’outre-tombe à Wrestlemania.

Chez moi, lorsqu’on le regardait en direct, on se demandait tous si c’était voulu pendant un instant…! Quand la lutte est capable de faire douter des fans de toujours de sa véracité, elle est à son meilleur!

Shawn Michaels retournera sur le ring et fera une crise d’ego comme s’il était backstage dans les années 90. Cette élimination sera une étape importante vers le match contre Undertaker où il devait (jusqu’à tout récemment) abandonner sa carrière, un de mes matchs préférés.

4- Shawn Michaels tient du bout des doigts!

JE SAIS!!!

Alors rapidement : 1995. Shawn Michaels est le premier entré et le dernier sorti. Alors que le British Bulldog croit l’avoir éliminé, le Sexy Boy revient à la charge pour gagner son premier Rumble.

Pauvre British Bulldog qui croyait avoir gagné; même que sa musique était partie! C’est comme découvrir un coffre au trésor qui ne contient que de l’argent Monopoly.

Ce moment se classe haut dans ce palmarès parce qu’il est tellement fort que comme le Screwjob, la WWE essaiera sans arrêt de le recréer, mais sans succès.

3- Kofi Kingston n’est pas éliminé!

Regardez. Simplement : regardez.

C’est époustouflant et rempli de créativité. Kofi Kingston a réussi à faire naître une tradition dans le Rumble. Ce mid-carder a fait en sorte qu’on l’attend avec impatience chaque année!

Aussi, ces prestations de Kofi Kingston permettent à des nouveaux fans d’apprécier la lutte en étant initiés avec un Royal Rumble.

2- Le retour de John Cena

Ah, la bonne vieille époque où on adorait John Cena à l’unisson! Blessé aux pectoraux, le Docteur des Thuganomics a consulté le Docteur du Chest et est revenu trois mois d’avance à la surprise de tous.

Écoutez la foule perdre ses esprits alors que l’homme qu’on ne peut voir fait son apparition à la 30e position! Ce moment est parfait. Même le visage de Triple H semble se dire « Merde! J’ai oublié ma pelle pour enterrer un jeune talent! »

L’Homme qui n’abandonne jamais sera victorieux sous l’acclamation unanime du public en portant un Attitude Adjustment sur Triple H pour la victoire. Une élimination finale qui est aussi un finisher, bon sang, une belle finale et un finisher comme élimination… Trop d’émotions pour moi!

J’en parle encore à mon thérapeute à chacune de nos séances.

1- La finale époustouflante entre HBK et Undertaker

Vous allez croire que je veux me marier avec le Heartbreak Kid et vous avez raison, mais il n’est pas mon boy toy. Il n’est qu’un sexy boy.

Les finales de Rumble sont souvent décevantes. Une fois qu’il reste deux personnes, on règle ça en 45 secondes… sauf au Royal Rumble 2007. Alors qu’ils ne sont plus que quatre, Shawn Michaels s’effondre au sol après avoir balancé Randy Orton et Edge à l’extérieur du ring avec la même douceur qu’un employé de compagnie aérienne qui lance nos bagages.

La finale commence avec Undertaker et Shawn Michaels couchés au sol, eux qui se battront pendant 7 minutes. 7 minutes de combat d’intensité. Les deux peuvent l’emporter et le suspense est insoutenable. On assiste à des spots où chaque instant peut être une élimination potentielle! La fin du Royal Rumble 2007 est ma finale préférée de tous les Rumble et c’est pourquoi il s’agit de mon moment préféré de l’histoire des Royal Rumble.

Le tout se termine alors que le Dead Man renverse le Sweet Chin Music! Je ne vous ai pas encore parlé de ma passion pour les reversals de finishers, mais ça viendra plus tard.

J’ai des Royal Rumbles à réécouter!



Commentez cet article