montréal

Ça y est, les célébrations du 375e anniversaire de Montréal ont été officiellement lancées la semaine passée. Des événements spéciaux ont lieu un peu partout en ville, mais pourtant, il ne semble pas se passer grand-chose côté sport.

Évidemment, on a des suggestions.

Le retour de Manon Rhéaume

montréal

En l’honneur de Jeanne Mance, aujourd’hui officiellement considérée comme cofondatrice de Montréal, les Canadiens pourraient mettre sous contrat la gardienne de but Manon Rhéaume, une autre pionnière féminine dans un monde à prédominance masculine. En plus, elle parle français. Une pierre, deux coups, comme on dit.

Et ça permettrait à Marc Bergevin de repousser d’encore quelques années l’acquisition d’un centre de premier plan. Une pierre, trois coups, finalement.

Des nouvelles chansons pour les Ultras

montréal

On a tendance à l’oublier, mais les Iroquois peuplaient l’île de Montréal bien avant l’arrivée des colons français sur le territoire. Ce serait donc la moindre des choses d’honorer les Premières Nations en demandant aux Ultras d’opter pour des chants amérindiens pendant tout un match au stade Saputo.

Et si l’Impact tire de l’arrière, pourquoi ne pas mettre un peu de piquant dans la partie en descendant sur le terrain avec des tomahawks? Ouin, peut-être pas finalement.

Une journée bagels pour les Alouettes

montréal

Les bagels sont un élément distinctif de la gastronomie montréalaise depuis des décennies. Les Alouettes pourraient donc tenir une journée bagels au Stade Percival-Molson. Ça serait un symbole parfait pour représenter leur défense pleine de trous.

Des volants confortables pour les F1

montréal

L’économie montréalaise a longtemps été dépendante de la traite des fourrures. Pour souligner ce fait historique, les organisateurs du Grand Prix de Montréal pourraient fournir gratuitement un couvre-volant en pouel aux pilotes de Formule 1.

Et tant qu’à y être, pourquoi pas des cache-oreilles en fourrure pour chaque habitant de Saint-Lambert, question de couper le bruit?

Un laissez-passer pour Andy Murray

montréal

En 1760, les troupes françaises de Montréal, commandées par le Marquis de Vaudreuil, se sont rendues sans combat à l’armée britannique de Lord Amherst.

Pour commémorer l’événement, les organisateurs de la Coupe Rogers pourraient donner un laissez-passer direct au Britannique Andy Murray pour la finale, match lors duquel ils forceraient son adversaire à jouer en Crocs, les yeux bandés et une main attachée dans le dos.

Mais bon, on aura beau proposer des dizaines d’activités sportives pour le 375e de la ville, on ne se fera pas d’accroire : tout ce que les gens veulent, c’est le retour des Roadrunners à Montréal.

La rondelle à roulettes est dans ton camp, Denis Coderre.



Commentez cet article