La plupart du temps, la performance d’un hymne national avant le début d’un match sportif n’est rien de plus qu’un rituel protocolaire qui signifie principalement, pour la majorité des spectateurs, que c’est un bon moment pour aller se soulager au petit coin avant que la partie ne commence. Or, on l’a vu au cours des dernières années, notamment avec des joueurs de la NFL qui se sont agenouillés pendant le Star-Spangled Banner en guise de protestation, il arrive que la routine soit brisée et qu’il se produise quelque chose d’inusité pendant qu’on était parti aux toilettes (ou se chercher une bière).

On va laisser de côté les gestes politiques pour plutôt parler d’incidents cocasses survenus pendant l’hymne national.

1 – Un rebelle pas futé change les paroles du Ô Canada.

Bon, j’ai menti quand j’ai dit qu’on ne parlerait pas de gestes politiques. Lors d’une édition du match des étoiles de la Ligue majeure de baseball, on a confié à un quatuor, The Tenors, la responsabilité de chanter l’Ô Canada. Un des membres du groupe, Remingo Pereira, a eu la fausse bonne idée de changer les paroles; plutôt que « With glowing hearts we see the rise, the true north strong and free », il a chanté « We’re all brothers and sisters, all lives matter to the grave ».

Une petite explication est de mise : « All Lives Matter » est une réponse au mouvement « Black Lives Matter » qui dénonce notamment le traitement discriminatoire de la part des policiers envers les Afro-Américains. En fait, « All Lives Matter » ce n’est pas tant une réponse qu’un « ta gueule, le Noir, on s’en fout de tes problèmes »; en gros, « All Lives Matter », c’est pas mal beaucoup raciste.

Mais il y a un côté cocasse à l’affaire. Déjà, décider d’utiliser l’hymne national canadien pour passer un message politique sur la société américaine, c’est un concept un peu bizarre. Mais c’est d’autant plus incongru quand on considère qu’environ 0.05% de la population américaine connaît assez bien l’Ô Canada pour avoir pu remarquer en temps réel la différence dans les paroles. C’est un peu comme si quelqu’un décidait d’aller manifester contre les embouteillages sur le pont Jacques-Cartier en plein milieu du lac Ontario.

2 – « La préparation, c’est pour les perdants »

Parlant de fausse bonne idée, en 1994, la CFL, qui avait des visées de grandeur, a décidé d’implanter une nouvelle équipe à… Las Vegas. C’est comme un choix douteux, parce que j’imagine mal qui voudrait interrompre son voyage de débauche dans la Ville du Vice pour aller regarder du football canadien, parce qu’il me semble qu’il y a mieux à faire comme activités dans ce coin-là. En tout cas.

Toujours est-il qu’on a confié à un certain Dennis K.C. Parks la responsabilité de chanter le Ô Canada, en assumant raisonnablement que monsieur Parks avait accepté le contrat parce qu’il avait au moins déjà entendu la chanson une fois auparavant.

Faut pas toujours faire confiance aux gens dans la vie. Bartholomew a chanté les bonnes paroles, mais sur l’air de… O Christmas Tree. Ça vaut la peine de l’écouter au complet, c’est comme une illusion d’optique sous forme auditive.

3 – Faut s’assurer de connaître les paroles avant d’aller chanter devant un aréna.

Je sais pas ce qui s’est passé avec Alexis Normand au cours de son interprétation de l’hymne national lors d’un match de la coupe Memorial. De la nervosité? Un anévrisme? Un verre de gin de trop? Les trois en même temps? La dernière option est peut-être la plus crédible.

Rendue au tiers du Star Spangled Banner, elle oublie les paroles et s’interrompt longuement, et quand elle recommence, elle chante quelque chose qui ressemble à peine à de l’anglais. La foule lui donne un coup de main en chantant les paroles à sa place. Elle se reprend à peu près sur l’Ô Canada par la suite, mais disons que l’honneur est pas exactement sauf.

C’est un fail en minuscules.

4 – Non, mais pour vrai faut s’assurer de connaître les paroles avant d’aller chanter devant un aréna.

Maintenant, voulez-vous voir un EPIC FAIL? Je vous présente Caroline Marcil. Avant une partie de démonstration entre le Canada et les États-Unis, Marcil se rend encore moins loin qu’Alexis Normand avant d’oublier les paroles. Elle s’excuse et sort de la patinoire. Elle revient quelques secondes plus tard pour finir le travail, et BA-DA-BOUM! Elle se ramasse les foufounes sur la glace, ce qui ajoute une dimension burlesque à son échec.

5 –  C’est certain que ça allait mal finir

Misère, ils ont vraiment du trouble avec l’interprétation des hymnes nationaux à Las Vegas. Cette fois, le problème ne vient pas de la chanson, mais plutôt de l’accessoire animalier que les organisateurs du match ont cru bon d’apporter sur la glace.

Qu’ont en commun un condor et le hockey? Rien, justement! Le volatile qui a été apporté sur la glace pour aucune raison valable se sauve de son maître et vole le spectacle. Il embarque sur le banc des joueurs et charge un des entraîneurs avant de retraiter au vestiaire. J’aurais fait la même chose à sa place.

6 – Ça aussi, c’était certain que ça allait mal finir.

J’ai gardé le meilleur pour la fin.

Je ne sais pas pourquoi les gens s’obstinent à vouloir ajouter des fioritures à l’hymne national au hockey, mais Mark Donnelly, lui, s’est dit « ça ne doit pas être si dur que ça de patiner et chanter en même temps, non? » Il a failli avoir raison, mais il a oublié la présence d’un tapis rouge en plein milieu de la glace et qui, franchement, avait plus trop d’affaires-là à partir du moment où Donnelly a commencé à patiner.

Toujours est-il que le Pavarotti sur Patins se plante dedans et revole quelques mètres plus loin, où il continue de chanter en faisant comme si de rien n’était. Il essaie ensuite de se relever en mettant son patin sur le tapis, même s’il avait pu constater trois secondes plus tôt que ça ne donnait pas de résultats probants, puis il se résout à simplement faire le tour de la patinoire en tenant son micro au bout de son bras tendu, peut-être pour faire croire au public que c’était son plan depuis le début. On salue au moins sa capacité d’improvisation.

Du beau travail, bravo tout le monde!



Commentez cet article