Lutteurs améliorés de la WWE

La lutte est une discipline exigeante. Non seulement les prouesses dans le ring doivent être surprenantes et parfaitement exécutées, l’athlète doit faire preuve d’un charisme incroyable pour soulever les foules.

Tous les humains ne sont pas nés des showman. Certains s’accrochent même dans leur entrée, mais les meilleurs s’en sortent bien.

Que ce soit sur le ring ou au niveau du micro, certains sont partis de très loin, mais ils ont mis les efforts nécessaires afin de surpasser nos attentes.

En voici 7 d’entre eux :

Braun Strowman

S’associant au départ à la Wyatt Family, Braun Strowman a été placé dans le rôle du gros monsieur épeurant qui respire fort en arrière.

Encore plus vert que le terrain des Alouettes, Braun Strownman était aussi limité qu’un forfait télé de base n’offrant que quelques options, mais rien de réellement divertissant.

Le Monstre Parmi Les Hommes a pris du gallon en vieillissant en perdant du poids et gagnant en rapidité avec l’expérience. Maintenant en solo, la foule est excitée d’entendre le BRAAAAAAUN de son entrée alors que son adversaire va get these hands.

On espère encore une amélioration de son ancien champion par équipe, Nicholas, qui n’a démontré aucune aptitude lors de leur match à Wrestlemania 34!

Daniel Bryan

C’est surprenant de revisiter le passé. Voir Daniel Bryan s’adresser à une foule qui s’en fiche complètement est ahurissant. Le American Dragon essaie même d’implanter une catchphrase boboche sans succès et ce, malgré The Miz qui fait son possible pour le mettre over.

Mais on pouvait voir qu’il avait le potentiel.

Malgré tout le talent qu’il démontrait à l’intérieur du ring, Daniel Bryan semblait timide et gêné, mais pas d’une façon assumée. Même en retournant à la WWE dans le main event de SummerSlam après son renvoie suite aux fracas de Nexus, son charisme n’était pas suffisamment au point afin d’être la superstar qu’il est devenu.

La WWE a essayé de nous faire croire que les Bella Twins étaient intéressées par lui. Disons que faire des vignettes avec tout ce monde-là à l’époque n’était pas une façon de faire briller les meilleurs acteurs de l’entreprise à l’époque.

Heureusement, Daniel Bryan a réussi à sortir de sa coquille, notamment grâce à Team Hell No. Ce qui a rendu grandiose sa quête vers le main event de Wrestlemania, c’est qu’il est véritablement passé d’un B+ player à un joueur de main event.

Malheureusement, ce ne sont pas tous les lutteurs qui ont fait de mauvaises promos à NXT qui ont pu être sauvés.

Big E

Alors qu’il se faisait appeler Big E Langston, Big E s’est fait donné le rôle du bodyguard silencieux de Dolph Ziggler et d’allié de AJ Lee.

Coincé dans un rôle loin d’une de ses grandes forces, son côté comique, Big E semblait sans saveur ni personnalité. Même les débuts New Day furent laborieux alors qu’ils étaient des prêcheurs de la positivité.

La raison pour laquelle je donne la mention à Big E dans ce palmarès et non à Kofi Kingston, c’est que ce dernier a toujours été athlétique et je trouve que Kofi était déjà bon pour parler il y a déjà 10 ans. Ça a juste pris du temps afin que Vince McMahon lui donne sa chance. Je me demande pourquoi.

John Cena

Le charisme ne fut jamais un problème pour John Cena. Ses départs furent fulgurants pour un homme se faisait appeler The Prototype avant de monter à Smackdown.

Le problème pour le Docteur des Thuganomics, c’est qu’il ne détenait clairement pas un doctorat en lutte technique. En plus de nous l’avoir enfoncé dans la gorge avant Roman Reigns, aucune des victoires de la période Cena Wins LOL n’était satisfaisante.

Celui qu’on qualifiait de n’avoir que 5 moves of doom a fini par nous surprendre. En défendant le titre US contre de nouveaux talents – au lieu de se battre contre Orton ou Sheamus pour 377e fois comme il le faisait quelques années auparavant – John Cena a pu évoluer et livrer de nouveaux matchs impressionnants.

Je m’en voudrais de ne pas mentionner John Cena contre Kevin Owens à Elimination Chamber 2015. On aurait dit que les deux appliquaient des strong grapples moves en enfonçant sur le bouton A à No Mercy au Nintendo 64! Quel bon match!

Trish Stratus

Introduite en premier comme une gérante, Trish Stratus n’avait le rôle que d’un bonbon pour les yeux. La preuve : sa première écurie s’appelait T&A, un jeu de mot douteux voulant dire Tits & Ass. En fait, elle a été traitée ainsi toute sa carrière.

Sans réel background de lutteuse, Trish Stratus a appris comment lutter devant nos yeux. Elle n’aurait jamais été obligée de se forcer. La WWE de l’époque était très à l’aise avec des femmes plantureuses nous livrant des mauvais matchs. De toute façon, Jerry Lawler nous indiquait clairement le rôle des femmes à l’époque dans ses commentaires.

Trish Stratus est passée de modèle de fitness à bonne lutteuse au point où son match contre Lita fut placé en main event de Raw. Une énorme surprise pour l’époque. Et cette confrontation n’avait rien d’un bra and panties match!

Vous pouvez d’ailleurs les voir commenter ce moment historique 14 ans plus tard ici. Le suicide dive de Lita me fait encore cringer jusqu’à ce jour!

The Miz

Autant l’histoire de Daniel Bryan peut nous montrer qu’on peut tous s’améliorer, celle de The Miz l’est tout autant. Mike Mizanin entrer par la porte la moins glorieuse de la WWE : la compétition Tough Enough après s’être fait ridiculiser par son passé de concurrent de télé-réalité.

Méprisé par ses collègues, The Miz n’avait initialement que des spots au micro et trouvait le moyen d’être irritant de la mauvaise façon. S’habillant comme un véritable concurrent de Jersey Shore de l’époque et débordant d’une énergie malaisante, on avait hâte que The Miz s’en aille.

Un nouveau fan de la WWE ne pourrait jamais deviner qu’il aurait fallu The Dirt Sheet pour que The Miz gagne en confiance en lui. De nos jours, The Miz est définitivement une must-see superstar qui livre les meilleures promos de la compagnie!

The Rock

Le charisme de Dwayne « The Rock » Johnson est si fort qu’il est maintenant devenu une vedette hollywoodienne. C’est presque incroyable de le voir s’exprimer en murmurant à l’époque.

Prisonnier d’un personnage encore plus plate qu’une pizza, Rocky Maivia a commencé tranquillement à parler de lui-même à la troisième personne.

Son introduction à la Nation Of Domination a permis d’éclore The Rock au point de devenir encore plus populaire que le chef Farooq.

Le reste est bien connu : il est devenu l’homme le plus électrifiant dans le divertissement sportif! The Rock est devenu un des lutteurs les plus polyvalents qui changera la WWE pour toujours en luttant, avec ses promos, en chantant dans le ring ou à l’extérieur tout en étant la tête d’affiche des Wrestlemania de l’époque!

Même dans un mauvais Smackdown, il est demeuré une source fiable de plaisir garanti. Alors que je ne croyais aucunement en lui à ses départs, The Rock est devenu un de mes lutteurs préférés de tous les temps.



Commentez cet article