hull

Samedi dernier, c’était le défilé des champions à Saint-Louis et disons que les joueurs (et ex-joueurs), membres du personnel et fans ont fait le party comme il se doit.

Parmi eux, Brett Hull y est allé d’une performance légendaire, si on se fie à son discours quelque peu décousu devant des milliers de partisans des Blues.

Afin de souligner tout le brio de ce speech, voici une analyse détaillée des deux extraits qui ont beaucoup roulé sur le web depuis samedi.

« Gloriaaaaaaaa! »

Pour bien amorcer son allocution, le légendaire Brett, qui arbore un magnifique chandail de Ric Flair pour l’occasion, y va avec une valeur sûre : chanter Gloria, la chanson de ralliement officielle des Blues.

Sauf que le Golden Brett ne fait pas les choses comme les autres : au lieu de demander au DJ de faire jouer la chanson, ce qui aurait certainement crinqué la foule, Hull commence à la chanter, alors que le classique Party Up (Up In Here) de DMX se fait entendre dans les speakers.

Aussi, comme tout bon party animal dans un karaoké qui n’a aucune idée des paroles de la chanson qu’il entonne, le bon Brett fait juste répéter « Gloria » jusqu’à ce qu’il se rappelle d’un bout de la toune « I think I got your number », qu’il chante avec la confiance d’un homme ayant une couple de Bleue Dry dans le nez.

Un moment de pure grâce.

«We went Blues!»

Si le premier extrait vous a impressionné, le deuxième risque de vous cause une remise en question existentielle. Oh oui, c’est épique à ce point.

Après avoir bien réchauffé la foule avec sa première partie karaoké, Hull a décidé de partager sa sagesse avec un discours qui, me semble-t-il, a été légèrement moins pratiqué que celui de Louis-José Houde en ouverture du dernier gala de l’Adisq. Légèrement.

D’abord, il souligne le fait que personne n’aurait pu prédire le dénouement de la partie (numéro 7, je suppose) et qu’elle ne se terminera jamais.

OUI!

Ça, c’est avant d’y aller d’une réflexion philosophique qui aurait de quoi faire rougir René Descartes sur le chant « Let’s go Blues! » en mentionnant qu’ils n’avaient plus besoin d’y aller, que c’était fait. Par conséquent, selon lui, le chant devrait plutôt être « We went, Blues! », mais les partisans sont loin d’être convaincus quand la légende de l’équipe essaie de partir le cri de ralliement à la toute fin de son speech.

On aura rarement vu un discours plus enflammé (par la boisson) que celui-là.

T’sais quand c’est rendu qu’Éric Lapointe à la Saint-Jean a l’air d’un gars sage après ta performance, c’est parce que tu t’es donné et pas à peu près.

Grâce à cette performance (et aussi un peu à celles au cours de sa carrière dans la LNH), Brett Hull sera toujours une légende.



Commentez cet article