Delonte West

On raconte souvent des histoires sportives où des athlètes ont vécu dans la pauvreté plus jeune avant d’atteindre la gloire et la fortune grâce au sport. Mais on parle rarement de l’envers du décor quand la vie après le sport se perd en chemin.

Certains se souviennent de Delonte West qui, de 2004 à 2013, a connu une carrière intéressante dans la NBA à titre de joueur de soutien pour les Celtics, les Cavaliers, les Mavericks et les SuperSonics. Il a ensuite roulé sa bosse dans la D-League et en Chine avant d’accrocher ses espadrilles pour de bon autour de 35 ans.

Depuis, West est disparu de la vie publique à l’exception de quelques blagues sur ses frasques du passé, notamment un épisode jamais confirmé où il aurait courtisé la mère de LeBron James alors qu’il jouait à Cleveland.

La triste histoire de Delonte West

Tout ça pour dire que Delonte West, durant sa carrière, a remporté près de 20 millions de dollars en salaire. On aurait tendance à croire que la vie est facile par la suite, et pourtant, c’est pas mal plus compliqué que ça.

Depuis quelques semaines, des résidents de Dallas confirment que Delonte West vit désormais en situation d’itinérance et il semble souffrir des troubles de bipolarité qu’on lui avait diagnostiqués alors qu’il évoluait dans la NBA.

Ceci s’ajoute au fait qu’on avait relevé, autour de 2016, une situation similaire avec l’ancien de la NBA alors que des gens l’avaient reconnu dans la rue en plus de constater ses problèmes de consommation.

Il y a aussi un épisode où West, lorsqu’il était toujours actif sur les médias sociaux, avait avoué tenter d’obtenir un emploi chez Home Depot parce qu’il avait besoin d’un gagne-pain pour sa famille et ses enfants.

Un potentiel coup de main grâce aux médias sociaux

Aujourd’hui, des amateurs tentent de convaincre des anciens coéquipiers de West de lui prêter main-forte. Son histoire n’est pas un conte de fées à la fin duquel ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Mais c’est une histoire nécessaire dans la mesure où la gloire et l’argent ne sont pas des abris contre la détresse psychologique.

Quand les gens veulent nous conscientiser sur le fait que l’itinérance peut arriver à n’importe qui, ça n’exclut pas les plus fortunés de notre société. Parce que les erreurs, à plus grande échelle, sont juste plus coûteuses et les conséquences ne sont pas moins graves.

Reste à voir si les médias sociaux auront la portée pour aider cet ancien joueur visiblement en difficulté.



Commentez cet article