À cause du format différent de la saison, c’est plus facile d’ignorer la portion américaine de la LNH. C’est dommage parce qu’il y a de belles histoires qui s’écrivent ailleurs dans la ligue, incluant celle d’Andrei Vasilevskiy.

Le gardien du Lightning de Tampa Bay a vraiment le don d’aller chercher les victoires cette saison. Il a obtenu 31 des 36 gains de Tampa cette année et son rythme est carrément historique.

Ces 31 gains après 40 matchs représentent le quatrième plus haut total dans l’histoire de la LNH à égalité avec Braden Holtby et Pekka Rinne. En fait, personne n’a fait mieux depuis Chris Osgood en 1995-96.

Les deux autres qui ont fait mieux ont été Bill Durnan en 1944-45 et Tiny Thompson en 1929-30. Pour te donner une idée, l’année où Thompson avait ramassé 35 victoires à ses 40 premiers matchs était celle où la LNH avait permis les passes qui allaient vers l’avant.

C’est quand même bon de noter que trois des cinq gardiens qui ont précédé Andrei Vasilevskiy sur cette liste ont gagné le trophée Vezina. Ça regarde donc bien pour un deuxième trophée en carrière pour le gardien russe.

Ce qui est incroyable, c’est malgré cette performance d’Andrei Vasilevskiy, le Lightning n’est pas au sommet de sa division. En fait, ils pourraient finir troisième si les Panthers gagnent leurs deux matchs contre eux pour terminer la saison. De leur côté, les Hurricanes ont un coussin de quatre points avec trois matchs à faire. Ça prouve que les victoires que le gardien de Tampa est allé chercher n’étaient pas données.

La légende de Tiny Thompson

Quant à mentionner son nom, aussi bien parler un peu de Tiny Thompson. Ce gardien des Bruins a eu un impact majeur sur l’histoire de la LNH. C’est ainsi parce qu’il a été le premier à populariser la méthode de l’arrêt de la mitaine. Il a aussi été le premier gardien à être retiré en faveur d’une sixième attaquant en fin de partie en 1931.

Tiny a aussi été le gardien perdant dans le deuxième plus long match de l’histoire de la LNH le 3 avril 1933. Ses 81 blanchissages en carrière lui donnent aussi une égalité au sixième rang dans l’histoire de la ligue. C’est un nom méconnu, mais on parle tout de même de l’un des meilleurs cerbères des premières années de la ligue.



Commentez cet article