Chez Balle Courbe, on trippe solide sur les vieux contenus liés au sport qui n’ont pas spécifiquement bien vieilli. C’est dans cet esprit qu’on vous présente une toute nouvelle chronique hebdomadaire : L’archive du jeudi!

S’inspirant des classiques TBT (Throwback Thursdays) sévissant depuis de nombreuses années sur les médias sociaux, on s’est dit qu’on se ferait un devoir de trouver une archive particulièrement cocasse à vous partager à tous les jeudredis (ça, c’est non) jeudis!

Cette semaine, on revient sur un classique de la publicité poche des années 1970 qui a contribué à la légende de Broadway et on a nommé : Joe Namath.

***

Joe Namath a un statut particulier dans le Panthéon du football américain. Même s’il a sa place (de justesse) dans le top 100 des meilleurs joueurs de l’histoire de la NFL et qu’il a été intronisé à Canton, il a un ratio passes de touché-interceptions peu enviable de 173 complétions payantes versus 220 revirements. Il n’a remporté « qu’un seul » Superbowl, mais pas le moindre : une victoire de 16-7 contre les Colts de Baltimore, largement donnés favoris, dont on se souvient surtout à cause de la « garantie » de victoire lancée par Namath avant le match.

Le triomphe inattendu des Jets, et les images de Namath sortant du terrain en agitant son index droit, ont contribué à sa légende.

namath

Mais Broadway Joe ne s’est pas mérité son surnom seulement par ses prouesses athlétiques. Don Juan au charisme indéniable, Namath a capitalisé sur sa célébrité sportive pour se lancer dans une carrière d’acteur respectable, et a aussi accepté d’endosser pas mal n’importe quel produit, pour autant qu’on lui offrait un chèque conséquent.

À preuve, la vidéo de cette semaine!

La vidéo, en gros

Le spot publicitaire s’ouvre sur une voix de femme qui affirme avec un excès de confiance que cette pub prouvera aux femmes de l’Amérique que les bas collants Beautymist donneront à n’importe qui des jambes fabuleuses. La caméra fait un mouvement latéral pour dévoiler ce qui est effectivement une paire de jambes bien sculptée et lisse… au bout de laquelle on découvre une paire de shorts verts, puis un uniforme blanc et vert portant le numéro 12.

C’est bel et bien Joe Namath, allongé sur son flanc telle une diva, qui est le représentant du produit! Avec son charme désarmant, il nous dit que bien qu’il ne porte pas régulièrement des bas collants, ça lui a quand même fait des jambes sensuelles, alors IMAGINEZ, MESDAMES, CE QUE ÇA PEUT FAIRE POUR VOUS! C’est le précurseur de « assez fort pour un homme, mais conçu pour une femme ». Ça fait bien rire la madame en voix off, en tout cas.

Les faits saillants

Comme c’est une vidéo assez courte, ça vaut pas la peine d’en faire une analyse seconde par seconde. Quelques remarques, quand même :

– Joe Namath dit à peine 30 mots, mais le message passe. C’est assez efficace! Et une journée de travail assez courte pour tout le monde sur le plateau de tournage;
– Évidemment, on joue sur l’opposition entre Joe Namath, le viril joueur de football, et ses jambes lisses qui devraient le rendre efféminé, mais pour que ça ne nuise pas trop à la réputation de playboy de Namath, on consacre les dernières secondes de la publicité à montrer qu’une femme qui sort de nulle part est toujours attirée par l’athlète;
– Même si la pub joue sur des codes de genre un peu stricts qui sont moins acceptables en 2018, c’était quand même assez progressif, à l’époque, de montrer un athlète qui était autant prêt à mettre sa réputation en jeu. Broadway Joe était vraiment prêt à prendre des risques, on peut lui donner ça!;
– Cette publicité a tellement marqué les esprits que dans la vidéo mise en lien plus haut, Spike Lee prend le temps de le mentionner. Et à bien, y penser, Joe Namath deviendra plus célèbre que des quarts-arrière de son époque, même s’il a gagné moins de Super Bowl que, par exemple, Roger Starbach, notamment grâce à sa volonté de figurer dans des publicités amusantes. On peut d’ailleurs facilement imaginer que Peyton Manning sera gravé dans les mémoires plus longtemps que Ben Roethlisberger, même si les deux ont remporté chacun deux championnats, notamment en raison de toutes les publicités comiques dans lesquelles il a joué!

Voici donc cette fameuse pub :

Alors, je vous l’avais dit qu’il était sensuel, le bon Joe. Pas vrai?

À la semaine prochaine pour une autre archive du jeudi! Ah, et si vous avez des suggestions de vidéos pour nous, n’hésitez pas à nous en faire part au [email protected]!



Commentez cet article