Anfisa Reztsova

L’ancienne athlète de biathlon et de ski de fond russe Anfisa Reztsova révèle avoir été forcée à subir un avortement puisqu’elle représentait un espoir de médaille aux Jeux olympiques de Calgary en 1988.

Dans une longue entrevue accordée au site Sports.ru, elle décrit les circonstances de l’événement.

Reztsova déclare avoir pris conscience de sa grossesse en juin 1987.

Nous étions à un camp d'entraînement en Estonie lorsque ma coéquipière Elena Vyalbe et moi avons remarqué que nous d'avions pas nos règles. Mon entraîneur Nikolai Lopukhov m'a envoyé voir un médecin situé à 40 kilomètres d'où nous étions. Elena et moi avons dû y aller à vélo.

Anfisa Reztsova

Sur place, l’équipe médicale confirme qu’elles sont enceintes.

Comme Elena était encore d'âge junior (elle avait 19 ans) et que ses chances de gagner une médaille étaient faibles, elle a été autorisée à avoir un bébé. Mais moi, ils m'ont envoyé à Moscou. Mes entraîneurs m'ont dit que je ne devrais pas avoir ce bébé parce que la Russie avait besoin de médailles.

Anfisa Reztsova

Enceinte de huit semaines, elle accepte finalement de se faire avorter, mais en échange d’un appartement de deux pièces dans la région de Moscou.

Aux Jeux olympiques de Calgary, Reztsova participe à différentes épreuves de ski de fond. Elle remporte la médaille d’argent au 20 kilomètres et la médaille d’or au relais 4 fois 5 kilomètres.

Anfisa Reztsova

Crédit photo : Sports.ru

Aujourd’hui, Reztsova est la mère de quatre enfants.

Dopage

En plus de l’épisode de l’avortement, Reztsova largue une autre bombe dans son entrevue réalisée par Sports.ru. Elle déclare que plusieurs athlète se dopaient en préparation des grandes compétitions internationales comme les Jeux olympiques.

Certains groupes utilisaient des produits dopants. Nous, c'était notre propre sang. 3 ou 4 fois durant l'année, on prélevait notre sang et il était enrichi en vitamines, congelé et ensuite entreposé en sécurité. Puis, durant l'hiver, ils nous injectaient notre sang. Peut-être que certaines personnes ont vu leurs performances s'améliorer mais moi, je n'ai vu aucun changement.

Anfisa Reztsova

Le sang était ramené à la température du corps avant l’injection. Une pratique ultra dangereuse qui a failli coûter la vie au biathlète Sergei Tarasov.

Pendant les Jeux d'Albertville en 1992, j'ai vu un entraîneur demander à Tarasov de subir une injection rapidement sinon le sang allait devenir inutilisable. Peu de temps après Tarasov est tombé dans le coma. Il était entre la vie et la mort. Heureusement, il s'en est sorti vivant.

Anfisa Reztsova

Les autorités russes avaient alors déclaré que Tarasov était tombé malade puisqu’il avait mangé des champignons vénéneux. Déjà à l’époque, les soupçons étaient grands.

Tarasov transfusion

Crédit : The Hour (14 février 1992)

Ce n’est qu’en 2015 que Tarasov a confirmé qu’une transfusion sanguine raté lui a presque coûté la vie en 1992.



Commentez cet article