Il y a quelques semaines, on entendait parler qu’il ne sera plus nécessaire de contracter un prêt personnel pour se nourrir en regardant un match sportif à Atlanta.

En effet, Arthur Blank, le propriétaire des Falcons d’Atlanta et du Atlanta United FC, équipe qui joindra les rangs de la MLS en 2017, a décidé que la bouffe dans les concessions alimentaires de son nouveau stade serait abordable.

Le Mercedes-Benz Stadium, un projet de 1 milliard de dollars US, ouvrira ses portes en juin 2017. Celui-ci a été financé à hauteur de 80% par un investissement privé du groupe de Blank (AMB), le reste provenant d’une taxe hôtelière par la ville d’Atlanta. Et comme tout bon projet de construction, les bons vieux dépassements de coûts (500 millions US dans ce cas-ci) sont entièrement assumés par AMB. John Oliver qui dénonçait à quel point le public était sollicité pour la construction de stades doit être fort satisfait.

Si le propriétaire sort autant de piastres de sa poche, on fait quoi pour générer des profits? On booste le prix des stationnements? De la bouffe? Oh que non. On vise le «Fan Friendly Pricing Approach». Le nouveau stade aura les prix les plus bas en Amérique du Nord :

C’est grâce à un modèle d’affaire qui est beaucoup trop axé sur les principes économiques pour en jaser ici (franchisés à la recherche de profits vs partenaires commerciaux avec des prix fixés par AMB) que la gang à Blank a décidé d’offrir des prix décents dans son stade.

Quelques pensées :

– Avec tout l’argent que les équipes de la NFL récoltent en droits télé, vêtements et produits dérivés, les profits générés pour la vente de nourriture sont pratiquement dérisoires.

-Les équipes sportives sont en compétition avec elles-mêmes. Le fan a le choix de payer des billets à prix de fou, passer plusieurs minutes dans le trafic, payer un stationnement et la bouffe à gros prix ou bien simplement regarder le match en HD, 4K, incurvée avec ses chums dans sa «man cave».

– Il doit donc avoir une valeur ajoutée à vivre l’expérience de voir un match sur place dans le stade. De là le «Fan Friendly Approach» d’Arthur Blank.

En tout cas, c’est à parier que M. Blank ne s’est pas fait beaucoup d’amis au sein des propriétaires de la NFL. Gageons que M. Molson et les propriétaires des autres clubs sportifs professionnels espèrent que ce ne soit pas une nouvelle tendance dans l’industrie du sport et du spectacle.

Mais si on revient au principe économique. L’année dernière à un show au Centre Bell, je m’installe à mon siège avec ma bière à 11$. En apprenant le prix de ladite bière, mon chum, offusqué au plus haut point me dit : «Tsé, si elle avait coûté 7$ leur bière, j’en aurais probablement pris 2. Mais là, ils n’auront pas mon cash.»

Je ne suis pas un expert en économie et je suis certain que les gens du centre Bell ont fait des milliers d’estimations par rapport au coût de la bière.

Mais je sais qu’à Atlanta, ils vendront leur bière moins chère, mais ils risquent fort bien de générer plus de cash. En tout cas, c’est le pari qu’ils ont fait.

À suiiiiivre.



Commentez cet article