Nous avons parlé abondamment de Rowdy Ronda Rousey cette année. C’était inévitable, la reine de l’UFC était partout lors de son ascension fulgurante dans les médias tradtionnels.

Magazines, films, télévision, ses présences dans l’Octogone et toute la promotion entourant ses combats, 2015 était l’année de Ronda Rousey même si, pour débuter 2016, elle ne sera plus la championne de sa division de poids, elle qui a été renversée par Holly Holm en novembreà la surprise de plusieurs.

Le coup de pied qui a ébranlé la carrière de Rousey n’a cependant pas freiné sa popularité, elle qui poursuivra son parcours cinématographique en 2016 en plus de bénéficier d’une demande inébranlable de la part du public. C’est simple, tout ce qu’elle touche tourne en or sur les médias sociaux. Comme la fois où elle a affirmé qu’elle n’aimait pas les lubrifiants sexuels à la télévision.

Ou encore la fois où elle a mentionné son désir d’être de la distribution d’un futur film de Marvel.

Ou encore sa fixation pour les Pokemon et World of Warcraft.

Rousey est un satellite unique dans le monde du sport et ça gravite fort autour d’elle. Une constellation à en devenir. Qui plus est, elle a un coeur tendre. Un marin peut en témoigner alors qu’elle a accepté son invitation à son bal de graduation militaire. Parions qu’elle recevra des centaines de demandes similaires maintenant qu’elle a ouvert la porte. Quoi que son copain, Travis Browne, est suffisamment intimidant pour dissuader les moins téméraires.

Ronda Rousey est aussi de plus en plus proche de la WWE avec sa participation active aux côtés de The Rock lors du dernier Wrestlemania. C’est écrit dans le ciel, Ronda Rousey sera un jour la championne de la WWE avec tout le battage publicitaire derrière. Si David Arquette et sa popularité marginale ont pu mettre la main sur le titre de la WCW, une super-vedette comme Rousey fera un tabac dans le ring de la WWE après sa retraite de l’Octogone.

Une prédiction facile à faire, encore plus facile que le saut en politique fédérale de Mélanie Joly lors des dernières élections.

Une autre prédiction pour Ronda Rousey en 2016 – elle aura un autre combat de championnat contre Holly Holm qui sera au minimum deux fois plus lucratif que la première rencontre, bonifiant encore plus sa valeurs pour ses patrons de l’UFC.

Le monde de la publicité s’arrache aussi Rousey, cette pub de sandwich déjeuner n’est qu’un début.

Nous sommes aussi curieux de voir jusqu’où ira la campagne #DoNothingBitch de Rousey et sa rivalité avec Floyd Mayweather Jr., le «retraité» du monde de la boxe.

Une chose est sûre, nous allons parler souvent de Rousey en 2016, possiblement plus souvent encore qu’en 2015. Faut suivre la vague et les femmes fortes, dominantes, c’est une tendance obligatoire après toutes ces années de silence.

Believe the Hype, en bon français – Believe the Hype.



Commentez cet article