Week-end sportif fort en émotions au Québec avec, en prime, aucune démission ministérielle et une manifestation avortée au centre-ville de Montréal.

Ça sent définitivement le printemps.

Voici ce que vous avez peut-être manqué dans l’actualité sportive de la fin de semaine.

Samedi, le CH s’est imposé contre la fausse équipe de New York qui sera bientôt la vraie équipe de Brooklyn. J’aimerais ça vous parler du match, mais les seules images disponibles sont celles d’un jeune homme ayant réussi à prendre une selfie avec un Carey Price suintant derrière lui. Les médias en on fait tout un plat, va savoir. Ma fille de quatre ans est capable de publier des trucs sur Facebook si je la laisse sans surveillance avec mon iPad et elle ne fait pas la manchette pour autant. Le p’tit Dolan avait raison aux Jutra hier : il faut apprendre ce que l’on doit dire et ce que l’on pourrait se donner le droit de taire.

Carey Price

Carey Price

Toujours à propos de la selfie, une chance que Carey Price porte un masque dans la vie de tous les jours. Dans cette entrevue improvisée par P.K. Subban, il nous démontre toute l’étendue de son anti-charisme tout en sonnant comme mon grand-père qui essaie de parler de la technologie. « Il est où le cadran sur ton iPhone, chu pas capable de faire le zéro pour appeler l’opératrice? »

Boxe, le turbulent Jean Pascal a frappé son mur contre Sergey Kovalev au Centre Bell. J’étais sur place avec la délégation Balle Courbe pour réaliser de près une chose : c’est bien pour l’image du Québec que le fan de boxe moyen ne sorte pas trop souvent de chez lui. Disons que le niveau de langage n’était pas très relevé au Centre Bell samedi soir, contrairement aux pantalons de couleurs qui eux se gâtaient la taille haute sans trop de gêne. Quoi qu’il en soit, Jean Pascal avait raison : il a de belles grosses couilles.

Toujours dans la violence, Rafael dos Anjos a causé la surprise lors de l’UFC 185 en dominant complètement Anthony « Showtime » Pettis, le barouettant comme une poupée de chiffon durant cinq rounds.  Heureusement pour Pettis, il possède un salon de coiffure – son après-carrière est saine et sauve.

Je me moquais des équipes d’expansion en MLS la semaine dernière, mais là, le NYCFC a inscrit une première victoire au tableau derrière le joueur désigné David Villa. Bon, l’équipe jouait à 11 contre 10 à l’intérieur du Yankee Stadium, le temple de la tricherie, ce qui enlève une partie du lustre.

Le March Madness est officiellement amorcé avec le dévoilement du tableau lors du Selection Sunday d’hier.  Ça beau être le tournoi le plus enlevant de l’année, faire une émission de télévision pour dévoiler le tableau, c’est un peu comme un cours en PowerPoint à l’école : fastidieux. Vous pouvez crier autant que vous voulez, ça reste de l’information sur un écran incandescent.

Le voltigeur des Blue Jays Kevin Pillar me confirme que mon plus grand cauchemar peut se réaliser : se blesser en éternuant. Il s’est étiré un muscle oblique en mettant un peu trop de vigueur dans son « apitchou ». Dorénavant, je vais toujours fixer le soleil en me pinçant le nez tout en récitant l’alphabet à l’envers – plus jamais je n’éternuerais. Printemps, soit averti.

En Chine, Meaghan Benfeito a ajouté deux médailles à sa collection en conclusion des Séries mondiales de plongeons à Pékin. La brunette du Fab Four du plongeon canadien s’impose en équipe et en solo, nous forçant à croire qu’elle serait peut-être la Paul du groupe, voire même peut-être la John Lennon. Ne prenons pas de chance, ne souhaitons pas une Yoko à l’entourage de la plongeuse.

La saison de F1 débutait à Melbourne … avec un doublé Mercedes et une victoire de Lewis Hamilton. On peut tout de suite cesser de suivre les activités du circuit, la saison est terminée. Chapeau Lewis!

C’est tout pour cette semaine. Après l’excitant combat de Jean Pascal, nous devons maintenant nous préparer à l’ennuyant duel opposant Adonis Stevenson à un sac de jute en plein après-midi, à Québec.



Commentez cet article