5

L’adage préféré de Marc Bergervin, «on a jamais trop de défenseur», est fondamentalement incompatible avec la convention collective en vigueur, qui prévoit un maximum de 50 joueurs sous contrat. C’est donc dire que si tu es rendu à 51 défenseur, tu en as au moins un défenseur en trop.

La même logique implaccable s’applique pour les gardiens de but. Forcément, en tant que directeur général, tu n’as donc pas le choix de laisser partir certains joueurs – aussi aimables peuvent-ils être – afin de te conformer aux règles.

Il y a donc inévitablement certains joueurs que l’on va regarder s’envoler vers d’autres cieux avec l’inexplicable certitude qu’on finira un jour par le regretter.

Voici une petite liste de cinq gardiens qui ont déjà appartenu au Canadien, à un moment ou à un autre de leur existence, et qui pourraient pas pire nous dépanner en attendant le retour de Carey Price.

P.-S. On a aussi peut-être une carte cachée en Connor Crisp, cet espoir méconnu qui a déjà enfilé les jambières d’urgence dans les rangs juniors.

Devan Dubnyk 01

Devan Dubnyk

C’est encore un de ces mystères que j’explique mal. Un des plus gros bugs a être survenu dans la matrice de la LNH ces dernières années. À savoir que pendant un court instant, le Canadien avait à sa disposition deux gardiens de calibre Vézina.

À la date limite des transactions en 2014, ce n’est pas Thomas Vanek, le joueur étoile que Marc Bergevin a obtenu. C’était Devan Dubnyk. (C’était aussi avant son étrange métamorphose qui l’a fait passer du stade d’inconnu à superstar, mais quand même.)

02

Karri Ramo

Un autre fait obscur qu’on a tendance à oublier : celui qui fait certains soirs office de gardien numéro un à Calgary a également été brièvement la propriété du Canadien.

L’organisation avait fait l’acquisition de ses services en retour de ceux de Cédric Desjardins. Il a par la suite été échangé à nouveau aux Flames dans la transaction Cammalleri-Bourque*. Fait à noter, le Tricolore a également mis la main sur un choix de deuxième ronde, qui servira à repêcher un autre gardien : Zachary Fucale. Toute est dans toute.

*L’Histoire ne dit pas si, tout comme Cammalleri, Ramo était en plein match au moment d’être échangé.

Peter Budaj 03

Peter Budaj

Peter Budaj, c’était la blonde parfaite. Celle que ça ne dérangeait pas, de passer la soirée sur le sofa à t’attendre trois soirs sur quatre. Celle qui était toujours souriante pis sur qui tu pouvais compter en tout temps. Celle que tes parents aimaient. Pis un soir, pris d’une étrange frénésie, tu l’as trompé avec une plus jeune.

JE M’EXCUSE PETER J’AURAIS JAMAIS DÛ TE LAISSER PARTIR.

(Il connait d’ailleurs d’excellents moments dans la Ligue américaine avec la meilleure moyenne de but par match du circuit et l’un des meilleurs pourcentage d’arrêt)

Yann Danis 04

Yann Danis

Sans l’ombre d’un doute le meilleur gardien de l’histoire a avoir porté le numéro 75. Il a lui aussi d’excellentes statistiques dans les rangs mineurs (moyennes de but par match de 1.86 et pourcentage d’arrêt de 92.5%).

Josh Gorges 05

Josh Gorges

Mettons les choses au clair : on ne s’ennuie pas vraiment de lui en tant que défenseur. Mais il faisait une solide police d’assurance entre les poteaux.

Michael Leighton aurait aussi pu se qualifier dans ce palmarès mais je trouverais ça honnêtement bizarre de l’inclure dans deux chroniques consécutives.



Commentez cet article