conseils

Ça fait que Marc Bergevin vient de se doter d’un tout nouvel attaquant. Un joueur qui a des mains, un coup de patin et une vision du jeu exceptionnels. Un joueur qui a du chien et du caractère. Un joueur qui a la réputation d’être difficile à gérer, mais c’est pas grave, son talent contrebalance. Ça vous dit quelque chose?

Montréal n’est pas un marché facile, Jonathan. Oui, tu participeras à poursuivre la légende d’un club de hockey centenaire à l’histoire glorieuse. Mais les attentes vont être élevées, la pression qui vient avec le sera encore plus et chacun de tes moindres faits et gestes va être scruté à la loupe.

Mais si tu suis nos cinq judicieux conseils, tout va bien aller, buddé.

Écoute du classique

conseils

Crédits photo: Britannica

Dans le vestiaire, après une partie âprement disputée, les joueurs aiment bien relâcher la pression en écoutant un peu de musique. Mais tout le monde ne s’entend pas toujours sur le style de musique à préconiser.

Notre recommandation : écoute du classique, Jonathan. Ça ne se démode pas. Mozart, Beethoven, Haydn… Le nom le dit : c’est des classiques.

En plus, personne ne déteste le classique. Surtout pas les membres de la haute direction.

Calme-toi sur l’engagement social

Oui, c’est sûr, donner une fraction de tes 33 millions à une cause ou un hôpital peut te faire bien paraître. Tout le monde apprécie un joueur de hockey qui redonne à la communauté. Ça peut même te faire sentir bien par en dedans.

Mais mon conseil : vas-y petit peu par petit peu. Choisis tes causes avec parcimonie. Un petit 2 $ à un itinérant par ci, un généreux tip de 20 % à la serveuse du Buonanotte par là…

Je sais, ça peut avoir l’air cheap comme ça, mais tu vas me remercier dans une couple d’années.

Habille-toi sobrement

La LNH, c’est pas un catwalk de défilé de mode.

conseils

Certains joueurs aiment bien attirer les regards avec des beaux habits taillés sur mesure par leur designer personnel. Tu sais quoi, Jonathan? Ça fait juste leur faire mettre de l’énergie sur autre chose que ce qui compte vraiment : le hockey.

Alors, va passer un après-midi chez Moores, achète-toi une douzaine d’habits sobres (surtout, pas de chapeau!) et retourne sur la patinoire t’entraîner. Sache que chez les Canadiens de Montréal, la vie se passe en 50 nuances de beige.

Sauf pour Marc Bergevin. Lui, il a le droit de porter des habits carreautés.

conseils

Crédits photo: Dave Sandford/NHLI via Getty Images

Choisis minutieusement les personnes que tu fréquentes

Beaucoup de joueurs sous-estiment l’importance des relations interpersonnelles. C’est important d’avoir dans ta vie des gens responsables, ponctuels, sur qui tu peux toujours compter. Regarde Sydney Crosby : il a commencé sa carrière en habitant chez Mario Lemieux, pis le v’là avec une troisième Coupe Stanley.

conseils

Crédits photo: Joe Sargent/NHLI via Getty Images

Si tu sens le besoin d’être en couple, choisis quelqu’un qui paraît bien. Tu ne voudrais pas que ta douce moitié soit humiliée dans un article du site Hockey30. (Si tu ne te souviens pas de l’article, je t’envie, Jonathan. Je préférerais l’oublier.)

Et surtout, surtout, tiens-toi loin des anciennes blondes de Galchenyuk.

Couche-toi de bonne heure

À Montréal, on n’aime pas ça les joueurs qui ont une vie en dehors du hockey. Le fun, c’est pour ceux qui ont choisi un métier moins important pour la société que le tien. Avec les grands pouvoirs viennent de grandes responsabilités, Jonathan. Le seul fun que t’as le droit d’avoir, c’est sur la glace.

Donc si un des frères Kostitsyn te texte pour te donner sa liste des endroits les plus chill de Montréal, ne réponds pas et efface le message sur-le-champ.

conseils

Crédits photo: Fan pop

Bref, tout ça, et compte des buts. On t’en supplie, compte des buts.

Bisous, bisous!



Commentez cet article