Canadiens

Ça va pas ben au Centre Bell. Avec leur pire début de saison depuis les années 40, les Canadiens croupissent au dernier rang dans l’Est avec une fiche médiocre de 2-7-1. S’ils continuent à perdre au même rythme, les Habs vont terminer la saison à 16-58-8…

Autres pitoyables faits d’armes : le CH est dernier de la ligue au chapitre des buts marqués par match, avant-derniers pour les buts accordés et 29e en avantage numérique et pour les mises en jeu… Marc Bergevin doit remercier le Bon Dieu de l’existence des Coyotes, qui sont les seuls à faire pire que le Tricolore, eux qui sont toujours en quête d’une première victoire cette année.

L’état-major du Canadien martèle depuis quelques jours qu’il ne faut pas paniquer, que la solution se trouve dans le vestiaire. On n’a rien entendu d’aussi drôle depuis que Bergevin a affirmé que le CH avait une meilleure défense que l’an passé. Watch out, Louis-José Houde !

Bref, les dirigeants du Tricolore sont clairement en panne d’inspiration pour trouver des moyens de relancer leur équipe (et, par le fait même, la machine à imprimer du cash). Heureusement, Balle Courbe veille toujours au grain !

On a donc pensé à cinq propositions pour relancer la Sainte-Flanelle.

Changer de mentalité

Canadiens

Crédits photo : NHL.com

Ça semble être une évidence : les patrons du CH doivent actualiser leur façon de penser le hockey. On n’est plus dans les années 50. Les coachs n’apparaissent plus derrière le banc en complet trois-pièces et avec un chapeau du dimanche.

Au-delà du sport, les partisans viennent au Centre Bell pour voir un show. Pas du « jeu responsable avec la rondelle », pas des réponses préfabriquées servies aux journalistes par les joueurs, pas un capitaine beige qui passe son temps à s’excuser.

Non, les fans veulent des échappées spectaculaires, de la transparence, du star-système. On est en 2017. Act like it.

Le renforcement positif

Canadiens

Peut-être que le problème, c’est que les joueurs ne sont pas assez payés. Vous forceriez-vous à vous entraîner sans relâche, à tout donner sur la glace si vous n’étiez payés que de maigres millions pour affronter les meilleurs joueurs au monde soir après soir ?

Pour motiver ses troupes, l’état-major du Canadien devrait instaurer un système de primes au rendement. Évidemment, le plafond salarial empêche de hausser significativement les salaires, mais il suffit d’être créatif. À chaque but compté : un hot dog du Centre Bell. À chaque victoire : une sortie à La Ronde. Et si on se rend jusqu’à la Coupe Stanley : un Gagnant à vie pour tout le monde !

Acheter les arbitres

Canadiens

Avec ses ingénieux échanges effectués durant l’été, Marc Bergevin a réussi à se donner une intéressante marge de manœuvre de près de 8 millions $ sous le plafond salarial. Quoi faire avec tout cet argent ? Mettre les arbitres de son bord !

Selon Gazette Review, le salaire moyen d’un arbitre en 2017 est de 185 000 $. Les 8 millions de Marc Bergevin lui permettraient de redistribuer près de 97 000 $ par match à sa guise, soit 24 000 $ par arbitre et juge de ligne. C’est peu payer pour passer pratiquement chaque match à 5 contre 4 sans hors-jeu ni dégagement refusé.

Introduire une taupe dans les 30 autres équipes

Canadiens

Crédits photo : Getty Images

Contrairement à ce que semblent croire Marc Bergevin et Claude Julien, la solution n’est pas dans le vestiaire du CH, mais bien dans celui des autres équipes.

En introduisant une taupe dans tous les vestiaires adverses, les Canadiens récolteraient des informations fort utiles sur les stratégies à utiliser, ou même sur les insultes à lancer à tel ou tel joueur pour lui faire perdre les pédales.

Ramener P.K.

Canadiens

Crédits photo : Getty Images

Est-ce qu’on est les seuls à penser que tout ça ne serait jamais arrivé si P.K. n’était pas parti ? #bringPKback



Commentez cet article