Hé bien.

Après Lars Eller et Brian Flynn, Dale Weise toé. L’homme des grandes occasions.

C’est pas mêlant : le Canadien est rempli de p’tits joueurs qui excellent lors des grandes occasions.

Avec ses talents bien cachés, sa crinière blonde et sa face de surfer qui s’est cogné dans le fond de l’eau, “Dick” Dale Weise serait un peu le lead guitar du band Canadiens rince Ottawa, si vous me permettez de capoter un instant.

Mais revenons à nos moutons.

D’accord, Weise n’est pas petit.

Mais ses stats ressemblent généralement à son âge et suivent un peu la courbe de Benjamin Button sauf, évidemment, lors des grandes occasions pendant lesquelles il prend littéralement son envol, comme le démontre le tableau suivant :

Une gracieuseté du maître du graphique: François Lanthier

Une gracieuseté du maître du graphique: François Lanthier

Je ne veux pas passer pour un intellectuel, mais Weise me fait beaucoup penser au héros de Grandeur d’occasion, de Patrick Roy. Un livre que j’aurais pu lire si j’étais resté plus longtemps au cégep.

Anyway, les faits sont là : Canadien regorge de danger lorsque le match est une grande occasion.  Les stratèges des deux équipes devront donc s’ajuster.

DU CÔTÉ DE SÉNATEURS

On devra tout mettre en œuvre pour éviter que la partie ne devienne une grande occasion, de peur de réveiller les derniers trios du Habs.

Si j’étais à la place des Sens, je commencerais la cérémonie d’ouverture du match #4 en soulignant sur l’écran géant qu’on est un mercredi soir à Ottawa, et qu’il est encore temps De rentrer à la maison pour regarder des reprises de La poule aux odeurs.

J’enchaînerais ensuite sur une présentation spéciale du neveu de Dave Cameron qui viendrait nous montrer ses jeux sur son iPad 2. Ensuite, je ferais jouer une chanson sur les militaires.

Voilà qui devrait calmer le jeu.

DU CÔTÉ DE CANADIEN

Pour les Montréalais, ce sera évidemment l’inverse : on devra sauter sur la glace avec le feu dans les dents et ne rien laisser au hasard pour que la soirée soit, hé oui, une grande occasion.

Ça commence par le bon vêtement :

 

La magie de Canadien

La magie de Canadien

Si ce brillant stratagème devait échouer, le Canadien n’aurait d’autre choix que de se rabattre sur des moyens de fortune, comme le meilleur gardien du monde, un gagnant du Norris et le marchand de burgers le plus prolifique de tous les temps.

Canadiens en 7.



Commentez cet article