Ok, lâchez-moi, j’aime regarder des choses poches à la télé. Mais c’est pour le plaisir de bitcher dessus, le drink à la main, et le juron à la bouche. Un bel exemple de ça, c’est le patinage artistique. Sainte-Josée-Chouinard que c’est quétaine!! J’pogne le frisson rien qu’à les voir arriver avec leurs déguisements ben tight, genre slutty Halloween.

Ça glisse, inspiré, jusqu’au milieu de la patinoire, ça lève le menton vers Jésus et presqu’invariablement, le maudit violon commence à brailler dans l’aréna. Pis moi, j’commence à chiâler. En parallèle, t’as les commentateurs que je sais pas pourquoi y chuchotent comme si la p’tite Russe allait les entendre. La moitié du temps, sont dans un fu**ing studio!!!

Anyway, si les patineurs exécutent pas des mouvements de ballet dépressif sur un Stradivarius, ils se shakent les frous-frous sur de la salsa espagnole, se charlestonnent les années vingt ou bedon, font un Rock and roll tellement cliché qu’Elvis Presley aurait le goût de quitter son île secrète juste pour venir leur faire un roundhouse kick de Kung Fu.

Les mouvements sont bizarres aussi. La passe «patine par en arrière en te montrant mon cul super longtemps avant que j’fasse mon triple boucle piqué » est à la fois dérangeant et érotisant. La finale «vrille sur place en me pognant le patin au dessus de la tête pour bien te montrer ma snatch qui spinne devant tes yeux » est pas pire aussi.

Sérieux. J’tu censée contempler autant la noune et le derrière d’une fillette de quinze ans qui se trémousse sur une chorégraphie de marde au son de Rachmaninov? Sérieux? Légalement? C’est pour ça les toutous garrochés à tout bout d’champ par les spectateurs après un numéro? C’est les pédos qui laissent des cadeaux?

Avec des gars, ça me jette aussi un malaise. J’ai rien contre leur sac de noix ben moulé mais y’ont l’air fif. Pas homosexuel ou gay. Fif. Pas besoin d’être Johnny Weir, pour avoir l’air fif. Le costume pis les moves vont faire l’affaire. Y’auront beau mettre des bretelles après leurs collants pis faire semblant de triper sur la fille qu’ils tiennent par les pieds pour venir lui frotter la face à trois millimètres de la glace, y’ont l’air fif pareil.

C’est dommage, parce que c’est des mauzus de bons athlètes qui accomplissent des tours de forces extraordinaires. Mais tout ce talent est perdu sous une montagne kitsch de paillettes et d’expressions faciales imbéciles.

Pis j’me sens exactement pareil quand je regarde la nage synchronisée…

Ou bedon Céline Dion.



Commentez cet article