La semaine dernière, une photo de Pablo Sandoval au camp d’entraînement des Red Sox avec un gabarit de non-entraînement a fait le tour des réseaux sociaux. Il y a aussi des photos de Terron Beckham, le cousin d’Odell Beckham Jr. qui ont fait pas mal jaser dernièrement. Deux athlètes, des formes complètement différentes.

Et une foule de commentaires se sont écrit sur le même sujet : l’état de leur corps. D’un extrême à l’autre. Le spectre complet de la shape de sport.

Pour être bien honnête avec vous, je ne suis pas convaincu qu’un gabarit soit si tant mieux que l’autre. Dans le fond, on regarde ça pis on arrive à peu près au même constat. Simonak, c’est pas normal. Me semble que le corps humain n’a pas été conçu pour être gonflé comme ça (dans les 2 sens). T’es sûr que c’est pas retouché ces photos-là ?

D’un côté, tu as un gars qui semble clairement boosté aux hormones de croissance et risque d’avoir de jolies complications tant au niveau de la santé que dans sa capacité de procréer.

Pis de l’autre tu as le gars qui est clairement boosté aux hot dogs et qui sent la complication cardiaque à plein nez.

C’est quoi un athlète, en 2016?

La question se pose non ? La définition officielle est bien simple : un athlète c’est une personne qui s’adonne à un sport, en particulier à l’athlétisme. Et par extension, c’est aussi une personne bien entrainée et musclée.

On peut donc dire que certains sportifs professionnels, surtout au baseball et au football ne sont des athlètes que par titre ou par salaire. Pas par extension. Pas vraiment en tout cas. Pas certain que John Daly soit considéré comme étant un athlète par extension non plus.

John Daly

Le physique de l’emploi

Dans certains cas comme le football, c’est la nature de l’emploi qui dicte le poids à avoir. Tu veux être un joueur de ligne défensive, plus particulièrement un Nose Tackle? Tu dois peser un bon 320 lb. Pas le choix, ton rôle est de prendre le plus d’espace et de bloquer les trous.

Le pire, c’est que ces mastodontes sont quand même pas mal en forme. Essayez de parcourir 40 verges en 5 secondes. Ces bêtes de plus de 300 livres le font. Pour un marathon, on repassera, mais ce n’est pas la nature de leur travail.

L’ancien centre des Colts d’Indianapolis, Jeff Saturday affirmait récemment que tout au long de sa carrière, il devrait manger plus que ce qu’il aurait fait habituellement dans l’unique but de garder un poids de joueur de ligne. Pas assez pesant? Il y a un paquet de gars plus jeunes, plus gros et plus rapides qui se bousculent au portillon. Le défi de ces joueurs est de revenir à un rythme d’ingestion un peu plus normal une fois la retraite venue.

Nate Newton ancien joueur de ligne jouait avec un poids d’environ 410 lb à la fin de sa carrière, frôlant l’obésité morbide. Il pèse maintenant à 220 lb. Mais ce n’est pas tout le monde qui a cette volonté une fois la carrière finie.

Nate Newton

Y en a pas de problème

On peut aussi penser aux boxeurs qui jouent au yoyo avec leur poids avec une déshydratation extrême pour la pesée, pour regagner le maximum de poids (ou disons de muscle) pour le combat. Heille, ça c’est bon pour le système. Mais c’est une règle qui dure et perdure depuis toujours, le sport en est fait ainsi. J’ai du mal à voir le jour où les responsables pileront sur leur orgueil pour changer cette pratique.

Au baseball, un joueur avec le poids de Sandoval ou de Prince Fielder, ça ne semble pas être un problème si volumineux que ça. Dans le fond, ils n’ont qu’à frapper la balle et essayer de se rendre au premier but. Pis si c’est un moment important dans le match, ils se font remplacer par un coureur suppléant. Tant que la moyenne au bâton est supérieure au poids, il est où le problème?

Dans le fond, l’argent, la célébrité, les commanditaires et les gros contrats ont pas mal d’influence sur la volonté de nos athlètes à avoir le 6 pack le plus affûté qui soit ou le beer belly le plus flaque possible pour être difficile à déplacer.

Allez tout le monde, à votre hot dog, il faut se mettre en forme.



Commentez cet article