Durant tout le mois de décembre, on vous présente les 30 articles les plus populaires cette année sur Balle Courbe. Un par jour jusqu’au réveillon du Nouvel An, c’est une façon de finir l’année en beauté. Un genre de calendrier de l’avent, mais avec beaucoup de sport et pas de chocolat.

En 25e position, on retrouve l’histoire fascinante d’un jeune homme ayant une passion pour le basketball dont la taille est très, très impressionnante.

***

Au basket, un vieil adage dit que la seule chose qu’on ne peut pas enseigner aux joueurs, c’est la taille.

Avec la réalité d’un panier à 10 pieds du sol et d’un sport qui se dispute dans les airs, une grandeur avantageuse aide énormément les espoirs à se démarquer afin d’attirer l’attention de la NCAA et, ensuite, de la NBA. Historiquement, des joueurs gigantesques comme Manute Bol, Yao Ming et Gheorghe Mureșan ont évolué chez les pros en raison de leur taille tout simplement supérieure à l’opposition.

Robert Bobroczkyi, un adolescent de 17 ans originaire de la Roumanie, évolue présentement à Geneva, en Ohio, pour une polyvalente avec l’espoir d’attirer l’attention d’une université de la NCAA. Aux États-Unis depuis un peu plus d’un an, le jeune homme travaille à augmenter sa masse musculaire, lui qui devra composer avec les rudiments physiques d’un quotidien dans un sport de contact comme le basket-ball.

L’équipe de MaxPreps, avec l’aide de CBS Sports, est allée jaser avec le jeune homme sur les enjeux de son quotidien.

À 17 ans, il parle couramment trois langues, il a appris le piano seul avec l’aide de YouTube et il doit manger plus de 5000 calories par jour afin de maintenir le rythme imposé par ses entraîneurs pour qu’il se fortifie. Ce qui frappe, en plus de sa voix gutturale, c’est son ambition sans limites pour son avenir qui ne sera pas forcément relié au basket-ball.

Toujours à la polyvalente, Bobroczkyi est déjà le deuxième joueur de basket le plus grand au monde derrière le professionnel britannique Paul « Tiny » Sturgess qui a brièvement évolué dans la G-League.

Un des défis du jeune homme est de notamment composer avec le fait que l’environnement autour de lui n’est pas adapté à sa taille, comme en témoigne ici sa tentative d’entrer dans une voiture régulière.

Tout ça c’est sans parler des vêtements qu’il doit prendre sur mesure ou des chandails qu’il doit acheter avec plus de X dans la grandeur qu’humainement concevable (il se rend jusqu’à XXXXXL).

Bref, retenez le nom, il pourrait vite devenir un espoir intriguant si la NCAA frappe à sa porte et ça ne serait pas surprenant, lui qui possède une bonne vision du jeu et, surtout, il est capable de toucher le cerceau du panier sans même lever ses pieds.

C’est quand même un atout considérable.



Commentez cet article