Ça ne fait pas de doute, les femmes commencent à faire leur place dans l’univers des sports professionnels nord-américains.

Becky Hammon en sera bientôt à sa deuxième saison comme adjointe à l’entraîneur Gregg Popovich chez les Spurs de San Antonio, Jen Welter est récemment devenue la première femme à entraîner des joueurs de la NFL avec les Cardinals de l’Arizona et Sarah Thomas se prépare à disputer une première saison comme arbitre à temps plein dans la NFL.

Becky Hammon, Jen Welter et Sarah Thomas

Becky Hammon, Jen Welter et Sarah Thomas

Il s’agit d’une belle étape de franchie, particulièrement dans des postes où le sexe de la personne ne devrait pas jouer un rôle dans les embauches.

Et pourtant, il y a d’autres places où ces barrières sont tombées depuis longtemps. Au football australien, la première femme arbitre a fait ses débuts en 1998. Et si Katrina Pressley n’a pas connu une longue carrière dans l’AFL, elle a tout de même ouvert la porte aux femmes.

Chelsea Roffey et Rose O'Dea

Chelsea Roffey est maintenant juge de but dans l’AFL depuis 2004 et elle a même arbitré la finale du championnat en 2012, un honneur réservé aux meilleurs arbitres.

Elle a cependant dû attendre jusqu’en 2014 avant de voir une consœur la rejoindre dans le circuit majeur, Rose O’Dea.

Roffey, qui est dans la début trentaine et qui pratique aussi le journalisme à Melbourne, croit qu’il va falloir avoir plus qu’une poignée de femmes arbitres dans l’AFL pour ressentir l’impact de leur présence. Et une nouvelle vague pourrait bientôt arriver.

Un trio femmes dans les circuits mineurs fait tranquillement sa place et le jour où une femme occupera le poste d’arbitre de champ (le poste le plus prestigieux) dans l’AFL n’est peut-être pas si loin.

Si l’on revient plus près de chez nous, avec la croissance continue du hockey féminin, le jour où une femme se retrouvera derrière le banc d’une équipe de la LNH où dans un uniforme rayé sur la glace est peut-être plus proche qu’on le pense. Après tout, Danièle Sauvageau a déjà été adjointe dans la LHJMQ.



Commentez cet article