5

Les demi-finales commenceront cette semaine dans la KHL et voici quelques faits à connaître absolument afin d’en savoir un peu plus sur ce qu’il se passe à l’Est (ou à l’Ouest, sérieux, la terre est ronde…)

05

La coupe s'appelle la coupe Gagarine

Photo : reddit.com

Non je ne fais pas référence ici à la modeste chevelure de l’astronaute Yuri Gagarine, mais à la coupe remise à l’équipe championne de la KHL.

Si dans la LNH, le plus prestigieux trophée porte le nom de Frédéric Stanley, sixième gouverneur du Canada et amateur de hockey notoire, en Russie, ils ont préféré octroyé le nom du championnat à leur célèbre astronaute.

Il faut dire que bien avant d’être devenu le premier homme dans l’espace, Yuri Gagarine était déjà un fidèle amateur de hockey. Sa position préférée, dit-on, était gardien de but.

C’est peut-être cela qui a inspiré son compatriote Ilya Bryzgalov à se rendre au Yuri Gagarin Cosmonaut Training Center, pendant le lock-out.

 

04

Les prétendants ne vous diront pas grand chose

Quatre formations sont toujours en lice pour remporter cette fameuse coupe.

Dans la première conférence, Ak Bar Kazan fera face au Sibir Novosibirsk. Cette confrontation mettra en scène un certain Sergeï Kostitsyn, Alexander Burmistrov, Patrick Hersley et Alexander Svitov, un ancien choix de première ronde des Blue Jackets surtout connu pour avoir ruiné le visage d’Alexei Emelin lors d’un combat.

Dans l’autre duel, on aura droit à une rencontre typiquement soviétique entre le CSK Moscow et le SKA Saint-Petersburg. Quelques noms qui retiennent notre attention : l’ancien des Remparts Alexander Radulov, l’espoir du CH Andreas Engqvist et le Québécois Kevin Lalande du côté de Moscou et Ilya Kovalchuk du côté de Saint-Pétersbourg.

03

Les blessures sont horrifiantes

Photo : Sergei Kalinin, peu après sa blessure.

C’est dans ces séries de la KHL qu’on a assisté à l’une des blessures les plus troublantes des derniers années au hockey professionnel.

Le capitaine de l’Avangard Omsk, Sergei Kalinin, a été victime d’une mise en échec légale mais brutale en coin de patinoire. Il a été conduit d’urgence à l’hôpital mais il s’en remettra.

Attention, les images de l’incident ne sont pas pour les cœurs sensibles…

02

Le spectacle relève presque du burlesque

Photo : Nik Antropov

Dans le circuit Medvedev aussi il y a des entraîneurs divertissants. Pour en avoir la preuve, vous pouvez visionner ce court clip où on voit l’entraîneur-chef d’Avangard se fâcher contre les arbitres. Selon son plaidoyer, Nik Antropov aurait dardé son joueur vedette Chad Kolarik en plein abdomen après le sifflet. Qui a dit que ça ne jouait pas rude en Russie?

Impossible de savoir, avec l’angle de caméra, si Antropov a belle et bien commis ce geste ou au contraire Kolarik a joué la comédie. Mais peu importe, cela n’a pas empêché ce dernier de narguer Antropov lors du match suivant, de manière disons, assez singulière.

01

Les joueurs perdent leur sang-froid

Photo : Ilya Kovalchuk, capitaine du SKA de Saint-Petersburg

Bien franchement, ceux qui disent que les Russes jouent sans émotion peuvent bien ravaleur leur parole.

À titre d’exemple, le capitaine Ilya Kovalchuk a complètement pété les plombs à la fin du deuxième match de la série opposant le SKA Saint-Petersburg à Torpedo.

Peut-être que le froid sibérien ne fait plus du tout à Kovalchuk, et que c’est pour cette raison qu’il songe à revenir en Amérique du Nord?



Commentez cet article