hunter

Si la LNH avait son propre dictionnaire, on pourrait placer la photo de Dale Hunter à côté du mot « peste ». L’ancien attaquant savait sur quel bouton appuyer pour faire péter les plombs de ses adversaires.

Par contre, il lui arrivait de peser un peu trop fort.

Un débordement de Dale Hunter

Le 28 avril 1993, Hunter, qui jouait alors pour les Capitals, y est allé d’un véritable « cheap shot » aux dépens de Pierre Turgeon des Islanders, au Nassau Coliseum. Vous savez cette scène dans le film Youngblood, où le méchant Racki frappe Derek Sutton (Patrick Swayze) par-derrière alors que Sutton célèbre un but, les bras dans les airs? Eh bien Hunter a fait la même maudite affaire, mais dans la vraie vie.

La frustration était palpable chez les Capitals qui tiraient de l’arrière 4 à 1 dans le match qui s’avérerait fatidique en cas de défaite. Alors que Turgeon célébrait son but, le 5e de son équipe, Hunter est venu le frapper sournoisement et tardivement, 5 à 7 secondes après son but.

Ce geste disgracieux a coûté cher à Turgeon. L’attaquant a subi une dislocation à une épaule. Le commissaire Gary Bettman a imposé une suspension de 21 parties à Hunter pour débuter la saison suivante.

Au 2e tour, Turgeon n’a pas été en mesure de jouer un seul match contre les Penguins, mais il était sur la patinoire pour affronter le Canadien en finale d’Association. Sauf que Montréal a éliminé Turgeon et les Islanders en 5 matchs pour ensuite battre les Kings en finale.

*À ce jour, Hunter demeure le joueur le plus puni de l’histoire des séries éliminatoires avec 729 minutes de pénalité en 186 rencontres. Ah, le mauvais garçon!



Commentez cet article