Émeute Forum Maurice Richard

Le 17 mars 1955, une page de l’histoire du Québec s’écrivait au Forum de Montréal.

Oui, l’histoire du Québec. Pas seulement du hockey.

Des milliers de partisans des Canadiens ont participé à la fameuse émeute du Forum.

Quelques jours plus tôt, Maurice Richard avait frappé un juge de ligne pendant une bagarre contre Hal Laycoe des Bruins de Boston.

Émile « Butch » Bouchard était sur la glace lors de l’altercation.

Citons le site historique des Canadiens de Montréal :

Laycoe avait atteint Richard à la tête avec son bâton. En voulant s’interposer, le juge de ligne Cliff Thompson a reçu un coup de poing au visage de la part du numéro 9, qui est aveuglé avec le sang qui lui coule dans les yeux. Pour ce geste, Richard est suspendu pour les trois dernières parties de la saison de même que pour la totalité des séries éliminatoires tandis que Laycoe, l’agresseur, s’en tire indemne.

Notrehistoire.canadiens.com

Une suspension très sévère selon Dollard St-Laurent, l’ancien coéquipier de Maurice Richard.

L’émeute

Comble de l’audace et de l’arrogance, le président de la LNH, Clarence Campbell, se présente au Forum pour assister au match suivant des Canadiens. Même si la police de Montréal lui avait déconseillé de le faire, celui qui a suspendu Maurice Richard prend place dans l’amphithéâtre.

Dès qu’il se rend à son siège, les partisans lui lancent une foule de projectile comme des sous, des oranges et des tomates. Puis, une bombe lacrymogène explose et le Forum doit être évacué.

L’émeute se propage à l’extérieur, puis dans une grande partie de la ville; de nombreuses personnes sont blessées.

Gilles Carle nous présente toute la tension qui régnait sur place dans cette vidéo.

Marcel Bonin jouait pour les Red Wings, les adversaires des Canadiens le 17 mars 1955. Il raconte comment les joueurs de Détroit ont été protégés et barricadés dans leur vestiaire après l’explosion de la bombe.

Plusieurs considèrent que cette levée de boucliers des francophones envers l’autorité anglophone du Québec est à l’origine de la Révolution tranquille au Québec.



Commentez cet article