Ça se peut que vous ne le connaissiez pas, même si c’est dommage. C’est un de ses Québécois presque inconnus chez lui, mais qui attire les foules dans d’autres coins du monde.

Un genre de Georges St-Pierre (du temps) de la roulette.

Le 2 mai 1980 naît à Boucherville, sympathique bourgade en banlieue de Montréal, le petit Pierre-Luc Gagnon. Pratiquement élevé dans le skatepark construit par son père, il devient rapidement un prodige de la rampe verticale.

Depuis son déménagement en Californie, parce que c’est là que ça se passe, celui que les anglophones surnomment PLG a remporté 20 médailles, dont neuf d’or, lors des X Games, l’équivalent « sports extrêmes » des Jeux olympiques.

Ses victoires dans les autres grandes compétitions, le DewTour notamment, font de lui l’un des skateurs les plus en vue du monde. Avec sa précision et son extraordinaire maîtrise technique, doublé d’une discipline d’entraînement monastique, il a été l’un des athlètes les plus dominants dans son sport pendant une vingtaine d’années.

Des milliers de jeunes ont le poster de PLG dans leur chambre, alors qu’il est presque incognito au Québec. Son nom est au palmarès des plus grands du sport, avec les Shaun White et Tony Hawk.

Vous les connaissez eux, n’est-ce pas?

C’est pas mal bizarre.

Voici la vidéo de la run grâce à laquelle il s’est mérité la médaille d’or aux X Games, à Dallas, en 2007 :

Bonne fête, man!



Commentez cet article