gsp

Il y a huit ans jour pour jour, le légendaire Georges St-Pierre se mesurait à un jeune combattant qui avait enfilé six victoires consécutives, portant sa fiche à 15-1, et dont la popularité ne cessait de croître : l’Américain Johny Hendricks. Ce n’était pas le grand amour entre les deux hommes, eux qui étaient en vedette dans le combat principal de l’UFC 167, présenté à Las Vegas.

À l’occasion de cet affrontement, St-Pierre tentait de défendre sa ceinture pour un 10e combat de suite. Après cinq rounds âprement disputés, les deux pugilistes ont laissé leur sort entre les mains des juges.

GSP c. Hendricks

Lorsque l’annonceur Bruce Buffer a pris le micro pour annoncer le gagnant, le nom dévoilé n’a pas fait que des heureux : GSP a été déclaré vainqueur dans une décision partagée.

Après le combat, c’est un GSP ébranlé, avec le visage tuméfié, qui s’est adressé aux journalistes, un peu comme Rocky après qu’il ait subi une raclée gracieuseté d’Ivan Drago dans Rocky 4. On avait mal juste à le regarder.

Il ne faut surtout pas se fier aux apparences dans les sports de combat, mais disons que plusieurs jugeaient qu’Hendricks s’était fait voler ce combat par les juges, incluant le président de l’UFC Dana White qui ne s’est pas retenu pour critiquer la décision immédiatement après l’événement.

Hendricks avait tout donné et la défaite l’a envoyé au tapis de bien des façons. Après ce fameux combat, il a conservé une fiche décevante de six défaites en neuf affrontements, perdant par KO technique ce qui s’avérerait être son dernier combat le 4 novembre 2017 contre Paulo Costa.

De son côté, GSP a connu un rutilant taux de réussite de 100% après son combat contre Hendricks, c’est-à-dire une victoire en un match, disputé lui aussi le 4 novembre 2017. Il faut noter que GSP avait annoncé sa retraite un peu après le combat contre Hendricks pour ne revenir que quatre an plus tard pour affronter Michael Bisping.

Voici des extraits de la conférence de presse post-combat :



Commentez cet article