italie

Le 15 août 1936, aux Jeux olympiques de Berlin, l’Italie devient la première nation à remporter le tournoi olympique de soccer depuis la naissance de la Coupe du monde, en battant l’Autriche.

Quatre ans plus tôt, l’organisation des Jeux de Los Angeles avait opté pour retirer le soccer du programme, inquiète de ne pas susciter un intérêt suffisant et souhaitant également promouvoir le football américain.

À Berlin, l’Allemagne comptait sur le soccer pour attirer les foules et assurer des revenus, en plus que l’équipe hôte comptait parmi les favorites.

Même si l’équipe allemande a finalement baissé pavillon avant même la ronde des médailles, l’achalandage aux matchs de soccer a tout de même été très fort.

Au premier tour, une controverse assombrit la performance italienne : au tout premier match contre les États-Unis, le défenseur italien Achille Piccini accroche deux Américains à un tel point qu’ils se retrouvent au sol, incapables de poursuivre le match. Alors que l’arbitre signale la faute, des coéquipiers de Piccini l’entourent et l’empêchent de bouger, cachant ses yeux et sa bouche, tandis que d’autres joueurs italiens brutalisent encore un peu les Américains.

Sous le choc, l’arbitre laissera le jeu reprendre sans que personne ne soit expulsé du match, que l’Italie gagnera 1-0.

De l’autre côté du tableau, en demi-finales, l’Autriche et le Pérou s’affrontent. Le match se rend en prolongation et le Pérou marque trois fois d’affilée, pour voir chaque but être refusé en première demie. En deuxième moitié, le Pérou marque encore, mais des spectateurs, péruviens et armés selon Berlin, envahissent le terrain. Le match est abandonné et la victoire donnée à l’Autriche.

Le Pérou met en appel cette décision, mais quittera finalement les Jeux olympiques avant d’avoir obtenu une réponse, choqué et accusant l’organisation allemande d’avoir voulu favoriser l’Autriche, vers qui les espoirs de victoire aryenne s’étaient déplacés après la défaite allemande.

Un bien beau tournoi.



Commentez cet article