lockout

Le 15 septembre 2004, l’horreur devient une évidence : la saison de la Ligue nationale de hockey ne commencera pas comme prévue, la ligue déclarant un lockout à débuter le lendemain.

C’est ce jour que la convention collective liant les joueurs à la ligue vient à échéance. Celle-ci avait d’ailleurs également été signée dans la douleur, après le lockout survenu une décennie auparavant.

Si certains étaient confiants de voir le conflit se terminer à temps pour assister à un petit peu de hockey avant le printemps, la réalité fut autre : TOUTE la saison fut annulée, une première pour les ligues sportives professionnelles nord-américaines, et la Coupe Stanley ne fut pas décernée, pour la première fois depuis 1919.

Le lockout s’est officiellement terminé le 22 juillet, quand tout le monde s’est rendu compte que les soupers de famille ne pouvaient pas supporter une autre année avec comme seuls sujets de conversation le jardinage, la matante saoule, la politique pis la température.

Bien entendu, l’histoire s’est répétée lors de l’échéance de cette même convention, menant au lockout de 2012, qui amputa la saison de la moitié.

À quand le prochain conflit entre la LNH et les joueurs?



Commentez cet article