Connor McDavid et cie

À Edmonton, un certain Connor McDavid domine outrageusement la Ligue nationale de hockey. Il a récolté hier son 100e point, à son 53e match de la présente campagne seulement. Dans la Ligue junior de l’Ouest, un phénomène nommé Connor Bedard mène toutes les recrues du circuit avec 28 points en 15 matchs, tous amassés à l’âge de 15 ans seulement. Seulement dix joueurs ont plus de points que lui, incluant McClennon, Connor de son petit nom, un choix des Flyers de Philadelphie.

Ces trois joueurs sont nés au Canada, dans trois provinces différentes, entre 1997 et 2005. Ils ont 24, 15 et 18 ans respectivement.

La saison dernière, le récipiendaire du trophée Vézina, remis au meilleur gardien, s’appelait Connor Hellebuyck (27 ans). En avril dernier, Connor Brown (27 ans) a établi une nouvelle marque d’équipe chez les Sénateurs en marquant un but dans huit matchs d’affilée.

Et parmi les plus beaux espoirs des Capitals et de l’Avalanche, on retrouve Connor McMichael (20 ans) et Conor Timmins (22 ans), qui a perdu une consonne en chemin.

On ne peut pas non plus faire abstraction de la grande lignée de la famille Connor, dont provient Kyle, prolifique marqueur des Jets (24 ans).

Vous me voyez venir?

L’invasion des Connor est bel et bien entamée, dans la LNH

Et elle ne semble pas sur le point de s’essouffler.

C’est simple, s’il y avait un tournoi de hockey regroupant des joueurs selon leur prénom, les Michael et les Jonathan n’auraient aucune chance face à McDavid, Hellebuyck, Brown et compagnie.

L’invasion des Connor est entamée, et elle ne semble pas sur le point de s’essouffler. Le nom est surtout porté, comme une amulette magique peut-être, par la jeune génération. Le bassin est surtout situé au Canada, ce qui rend la chose encore plus surprenante sur le plan démographique. Timmins, Brown, McDavid, McClennon, Bedard, McMichael sont tous Canadiens.

Ce qui nous conduit inéluctablement à la question suivante : qu’est-ce qui explique ça, bout de viarge?

  • Est-ce une simple anomalie statistique?
  • Ou est-ce les parents qui prédestinent leur enfant à jouer au hockey, en les baptisant de la sorte?
  • Peut-être qu’un Connor quelconque, rockstar dans un band rock canadien obscur, a provoqué cette vague de popularité?
  • Sinon, est-ce que ce prénom prédispose génétiquement les jeunes bambins à devenir de brillants athlètes?

Pourtant, le nom ne figure pas parmi les plus populaires recensés ni en Alberta, ni en Ontario. Il y a eu un petit boum enregistré en Colombie-Britannique, alors que 156 nouveau-nés ont reçu le prénom Connor. Mais quand on compare à d’autres choix populaires comme Noah, Liam ou même Leo, Connor ne se distingue pas vraiment.

Connor comparé aux autres noms

L’hypothèse la plus simple, c’est-à-dire l’hypothèse mathématique, ne tient donc pas vraiment la route. Il n’y a pas beaucoup plus de Connor qui sont nés, chaque année au Canada, depuis quinze ans que d’autres prénoms.

L’effet Degrassi? L’effet Terminator?

Malgré cela, la popularité du nom Connor est assez nouvelle, comme en témoigne les données officielles sur les naissances au Canada, mais aussi.. les repêchages de la LNH.

Entre 1990 et 2001, il n’y a eu aucun jouer prénommé Connor repêché dans la Ligue nationale de hockey. Il y en a seulement eu un, entre 1990 et 2008. Puis, un certain McDavid a véritablement lancé le bal en 2015. Depuis, en cinq repêchages, il y en a eu dix. Dix C’est une surproportion flagrante, par rapport aux années précédentes. Le point charnière serait donc autour de 1997. C’est à partir de là que des Connor sont nés massivement.

Souvent, ce sont des phénomènes culturels qui seront à l’origine de l’ascension d’un prénom. Kevin Bacon a popularisé les Kevin, Emma Watson les Emma, etc. Il y a même un intérêt inédit pour les Arya, depuis la diffusion de la série Game of Thrones.

Mais des Connor franchement populaire dans la pop culture, au Canada, il n’y en a pas des tonnes. Il y a oui, la célèbre Sarah Connor, mais Terminator est sorti en 1984, bien avant que les Connor n’apparaissent en grands groupes.

Au Canada anglais surtout, la série Degrassi est immensément populaire et un sympathique personnage y a fait son apparition … mais dans la huitième saison, seulement en 2009. Il serait donc trop tard pour avoir eu une influence démographique.

Alors, c’est quoi l’affaire? Est-ce qu’on vient de découvrir un glitch dans la matrice? Un cheat code pour rendre son bébé millionnaire?

Est-ce qu’on peut éclaircir ça, puis aussi la question du clonage chez les Hughes, avant qu’il ne soit trop tard?



Commentez cet article