Le sport c’est le fun pis toute, mais des fois, c’est sérieux aussi. Parce que des fois, malgré les prières, bien ton joueur préféré est échangé. Des fois, tu te rends compte que tu ne seras jamais un patineur de fantaisie crédible. Des fois, tu apprends que ton parc sera remplacé par une roulathèque (ok, ça n’arrive jamais, ça non plus. Maudit.). Oui, des fois, dans la vie comme dans le sport, c’est dur. Chaque semaine, un éploré s’épanche sur votre plastron.

Faire le deuil de Josh Gorges, le batman de mon coeur.

Oui, P.K. Subban est excitant et Carey Price est le pilier de l’équipe, mais moi, mon pref c’était Josh Gorges.

Tellement, qu’à ma fête de cette année, quand mon amie m’a demandé ce que je souhaitais, j’ai spontanément répondu « la verge de Josh Gorges”. Mais comme je l’ai demandé à voix haute, mon souhait ne s’est évidemment pas exhaussé.

Pour moi, Josh Gorges représentait l’esprit du Tricolore. MON Josh, c’était un vrai guerrier, qui se “présentait” à tous les matchs.

MON Josh avait la capacité de bloquer presque 200 tirs par saison avec la seule force de son charme et de son bas-du-corps. Et malgré tout ça, il a réussit à se façonner un petit Gorges, né l’été dernier. Un homme complet.

Ce qui m’a vraiment brisé le coeur, ou plutôt transpercé avec un sabre (ceci est un jeu de mot), c’est de savoir que la première chose que MON Josh a demandé en arrivant à Buffalo, c’est un t-shirt de sa nouvelle équipe, pour s’habituer à porter les nouvelles couleurs. Ouch. On a perdu un vrai Canadien, le seul, en plus, qui a la même voix que Batman. Mais lui, he is wearing hockey pads.



Commentez cet article