Jean-Claude Van Damme dans Bloodsport

Ici, sur Balle Courbe, nous sommes de fins observateurs de la société et des comportements humains. Durant nos incalculables heures de recherche, nous avons rédigé cette hypothèse que nous partageons avec vous : toutes les grandes leçons de l’histoire de l’humanité se retrouvent  dans les films de sport.

Afin de prouver notre théorie, voici un exemple de pourquoi tout ce que vous devez savoir de la vie se trouve dans un film de sport.

Bloodsport (1988)

Mise en situation : Frank Dux (Jean-Claude Van Damme) rencontre une légendaire famille dans le monde des arts martiaux alors qu’il suit ses amis non recommandables lors d’un braquage à domicile. Il devient, après un montage de cinq minutes, le meilleur combattant de l’histoire de l’humanité et le vengeur de la veuve et de l’orphelin.

L’orphelin, dans ce cas-ci, est un motard un peu simple d’esprit qui se retrouve à l’hôpital à la suite de sa rencontre percutante avec le méchant du film, Chong Li (l’unique Bolo Yeung). Une confrontation ultime pour « toutes les ceintures » suivra entre le bien et le mal, littéralement, durant un tournoi d’arts martiaux pas tout à fait légal.

La leçon : Le savoir et la compétence sont accessibles à tous, suffit de trouver la bonne musique, un monteur doué et le tour est joué. (Notez que la leçon s’applique aussi aux films de la série Rocky) Les prédispositions physiques n’existent pas. Tu veux travailler ta souplesse? Rien de plus simple, on va tirer sur tes articulations jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de résistance. Travailler ton endurance? On va frapper jusqu’à ce que ce soit insensible. Utiliser tes yeux pour voir? Pas besoin, on va t’apprendre à vivre avec un bandeau opaque sur le visage.

Tout est possible. Ceci résume bien la carrière Jean-Claude Van Damme, lui qui a perduré malgré le pire anglais du cinéma commercial américain depuis Schwarzenegger dans Commando.



Commentez cet article