White Men Can't Jump

Ici, sur Balle Courbe, nous sommes de fins observateurs de la société et des comportements humains. Durant nos incalculables heures de recherche, nous avons rédigé cette hypothèse que nous partageons avec vous : toutes les grandes leçons de l’histoire de l’humanité se retrouvent dans les films de sport.

Afin de prouver notre théorie, voici un exemple de pourquoi tout ce que vous devez savoir de la vie se trouve dans un film de sport.

Aujourd’hui, on vous parle d’un classique des classiques qui a fait son apparition sur les écrans de cinéma le 27 mars 1992 et on s’en souvient encore comme si c’était hier.

Le film : White Men Can’t Jump (1992)

Mise en situation

Sidney et Billy forment la paire la moins compatible de l’histoire du cinéma, après Tango & Cash, mais ils finissent tout de même par devenir bons amis et remporter plein de matchs de basketball contre des criminels, des repris de justice et des aspirants-rappeurs et/ou vendeurs d’électronique. Au travers de tout ça, ils symbolisent le rêve américain et vivent l’amour. Rien de moins.

Dans la scène suivante, Billy discute avec sa conjointe, calme et posée, après des activités qui font suer (du sport, évidemment).

La leçon

Les femmes sont incompréhensibles. Elles utilisent des paraboles aléatoires et se perdent elles-mêmes dans leurs explications. Comme si ce n’était pas assez, elles ont mauvais caractère et ne sont pas claires dans leurs demandes. De l’autre côté, les hommes ne comprennent rien à rien, ils sont paresseux et spectaculairement incapables de lire une situation. Bref, tous les couples sont misérablement voués à l’échec et la reproduction de la race humaine repose sur l’improbable moment où un homme et une femme trouvent un terrain d’entente le temps de copuler.

(Les leçons cinématographiques, ne l’oublions pas, sont souvent très clichées et vieillissent mal. Comme l’humour de l’époque et toutes les blagues utilisant les différences entre les hommes et les femmes)



Commentez cet article