Avant de décrocher leur premier billet pour les séries en 22 ans, les Blue Jays de Toronto nous ont fait vivre de grands moments cet été. Des mois d’août et septembre magiques ont propagé une épidémie de fièvre du baseball. D’un océan à l’autre, le Canada célèbre ses geais bleus, et le Québec n’y échappe pas.

Comme moi, vous avez sans doute vu apparaître sur vos fils d’actualité une quantité impressionnante de selfies au Centre Rogers et de statuts de baseball. Votre ancien collègue de classe du secondaire devenu arbitre bénévole n’est plus le seul à supporter les Blue Jays. Le train est en gare, tous à bord !

Pour tous les nouveaux partisans des Jays, Balle Courbe a rédigé un petit guide à consulter à l’aube du premier match éliminatoire contre les Rangers du Texas.

C’est correct d’encourager Toronto

La situation n’est pas évidente. Hier soir, vous avez maudit les Maple Leafs qui affrontaient les Canadiens, et ce soir, vous allez devoir oublier vos principes et votre haine profonde pour Toronto et son équipe de hockey pour encourager les Jays.

Il y a plusieurs belles histoires qui lient le Québec à cette organisation. Il y a ces anciens partisans des Expos qui ont retrouvé l’amour en Ontario, ces visites annuelles au Stade olympique, le directeur général de l’équipe est Montréalais, et l’an dernier il a embauché la vedette québécoise des ligues majeures, Russell Martin.

En gros, ça fonctionne.

En gros, ça fonctionne.

Ils ont aussi un dieu nommé Price

Les Blues Jays ont conclu leur saison en champion, mais le véritable tournant de cette belle épopée, c’est la dernière semaine des transactions à la fin du mois de juillet. Ils avaient déjà une équipe impressionnante, à laquelle ils ont ajouté l’excellent Troy Tulowitzki (jusqu’à la fin des séries, c’est permis d’utiliser son nom au Scrabble) et David Price, la pièce manquante.

David, comme Carey, est surhumain. Un as lanceur, gaucher en prime, qui n’a rien laissé à ses adversaires depuis son arrivée à Toronto.

Il est impossible de faire la même chose avec votre jersey de Carey Price

Il est impossible de faire la même chose avec votre jersey de Carey Price

Kawasaki, un nom à retenir

Dans ce groupe bourré de talent, il y a Josh Donaldson qui pourrait obtenir le titre de joueur par excellence, et il y a Munenori Kawasaki qui n’est pas vraiment bon.

Kawasaki, c’est le réserviste le plus divertissant des ligues majeures, et l’un des joueurs les plus populaires de l’équipe malgré son apport inexistant.

Il a une routine d’entraînement spectaculaire.

imgur

imgur

imgur

imgur

imgur

imgur

Ses entrevues en anglais le sont tout autant.

Est-ce qu’ils vont gagner?

Ils est permis de croire que tout est possible pour les geais bleus, mais la route ne sera pas sans embûches. Les Rangers seront un défi de taille, les Astros ou les Royals aussi, et ils pourraient affronter les Cardinals en grande finale pour une bagarre d’oiseaux sans précédent.

En attendant, les Jays ne veulent rien savoir de la chanson de Green Day, ils ne veulent pas être réveillés maintenant que le mois de septembre est terminé, ils veulent que le rêve dans lequel ils sont plongés perdure en octobre.

La dernière fois que les Blue Jays ont gagné les grands honneurs, c’était en 1993. Ça ne vous rappelle pas une équipe ça ?



Commentez cet article