Daniel Richard et sa «gang» de hockey extérieur

La santé publique a confirmé ce que nous redoutions tous. Cet hiver, pas question de faire les bâtons, un œil à moitié fermé pour être avec son ami, sur les patinoires extérieures en zone rouge. On pourra toujours faire le tour de la patinoire les deux mains dans les poches en mode patin libre.

Question de se rafraîchir la mémoire, je vous offre l’éventail de ce qu’on retrouve à la patinoire extérieure du quartier.

J’espère qu’en lisant ce texte, vous n’allez pas vous reconnaître dans l’adulte qui ne laisse pas de chance aux kids. À 37 ans, si tu déjoues trois fois le même garçon de 7 ans à qui il manque une mitaine, avec le tape vert pomme sur sa palette, tu n’es pas dominant, tu es pathétique.

Vous avez sans doute déjà reconnu cet adulte, équipé avec du matériel Bauer de la tête au pied. « Je teste les produits pour la compagnie Bauer », offre-t-il en excuse. Ça explique peut-être pourquoi tu passes trois heures chaque jour à la patinoire à ton âge.

L’adulte est aussi celui qui ne fait pas de passes aux enfants. Vraiment, le pire type qu’on puisse imaginer sur la patinoire extérieure.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Balle Courbe (@ballecourbe)

Le Patrice Bergeron du parc Jarry

On reconnaît rapidement ceux qui ne font jamais les choses à moitié dans la vie. Ce trait de caractère remarquable se transpose dans chacun des domaines de leur quotidien. Je l’avoue, je ne suis pas de ce type. Un peu bocheux sur les bords… personne de parfait, faut croire.

Celui qui travaille sans relâche le fait aussi sur une patinoire extérieure. Ça peut être gossant à la longue. Quand je n’ai pas la rondelle et que je suis en zone adverse au parc Jarry, je ne m’attends pas à être couvert comme Wayne Gretzky l’était par Guy Carbonneau en 93. À moment donné, slaque un peu, mon ami. On est là pour avoir du fun et tenter de faire des feintes.

T’as pas besoin d’essayer de faire la boîte en zone défensive. T’es pas obligé de patiner comme Luis Mendoza dans les Mighty Ducks si je pars en échappée. On est à la fin du mois de février. C’est le dernier but que je vais compter avant la fin décembre. Peux-tu me le laisser.

SAUF QUE! Je dois avouer une chose, le Patrice Bergeron des pauvres est le meilleur pelleteur. Chapeau. J’ai tendance à être hypocrite un peu. Toi aussi, ne fais pas à semblant. C’est curieux comment le bout du nez peut me couler quand je vois les pelles apparaître. Un p’tit tour dans le chalet et curieusement, les pelles ont disparu quand je ressors.

Tu joues tu ou tu joues pas?!

Les patinoires extérieures sont accessibles à tous, peu importe le calibre. J’en conviens. Que tu sois Mario Lemieux ou Julien dans le film Les Boys, tu as les mêmes droits. Juste une p’tite chose s’il vous plaît.

Si tu ne joues pas, enlève-toi de d’là!

Si tu célèbres ton premier anniversaire d’amour avec ta douce, il y a peut-être un autre endroit pour le patin romantique qu’au beau milieu d’un match de 13 contre 13 pas de changeup.

Quand j’ai la rondelle sur ma palette, si je ne veux pas la perdre, je dois regarder… la rondelle sur ma palette. Si tu pratiques des tourniquets en dyade au centre de la patinoire, ça se peut que je vienne gâcher ton moment. T’es pas à Central Park, mon ami. Ici, c’est 4 à 4 pi on fait une game de 5.

On retrouve aussi l’ado qui n’a pas peur d’avoir froid. Pas de tuque, pas de mitaines, le manteau à moitié détaché. Il fait moins -20 et t’as la face tout rouge. On le sait que t’as froid.

L’ancien espoir des Foreurs

T’as fait un camp d’entraînement avec Simon Gamache en 2000 et t’as eu droit à ton track suit, toi aussi.

Depuis, t’as mis le track suit à chacune des fois que tu as mis les patins sur une patinoire extérieure. Coudonc, es-tu venu avec le gars qui teste les produits pour Bauer? Ils ont des points en commun. Ils font des pivots, des pivots, des pivots. Ils contrôlent la rondelle en patinant à reculons sans cesse.

Ils regardent leurs options en contournant un peu tout le monde. Tu pourrais seulement attendre au centre de la patinoire et les regarder se pavaner, rien n’aurait changer après une demi-heure.

Mais l’espoir des Foreurs frappe toujours un mur, t’as remarqué. Robin des Bois le remet à sa place.

Robin des Bois

C’est lui le vrai joueur sur la patinoire. Robin des Bois a l’air de rien. Il a des vieux CCM Tacks et un Sher Wood PMP au tape gris pale. Il n’a pas changé le tape depuis 96.

Il ne prend même pas la peine de mettre des gants de hockey. Tout le monde sait qu’à l’extérieur, ça va mieux avec des gants d’hiver.

Il n’est pas impressionné par l’ancien espoir des Foreurs et d’ailleurs, il en met toujours un peu plus en repli défensif lorsque l’ancien espoir a la rondelle.

Robin des Bois s’est fait une mission. Il récupère les rondelles et fait des passes, des passes, des passes. Moins t’es habile sur patins, plus tu reçois les passes de Robin des Bois.

Avant de vous laisser, un dernier p’tit rappel. Pas le droit de lever le puck quand tu joues dehors!!! Laisse faire les passes soulevées.



Commentez cet article