Jean William Prévost BMX Flatland

Jean William Prévost est l’un des meilleurs au monde dans sa discipline, le BMX Flatland. Qu’est-ce que le BMX Flatland vous direz?

C’est tellement complexe et beau à la fois qu’il serait difficile de bien décrire ce sport.

Et comme on dit qu’une image vaut mille mots, laissons Jean William nous le décrire.

C’est un peu un habile mélange entre le vélo, le breakdance et, à la limite, le patinage artistique.

T'as un peu raison parce que, dans un sens, quand on est sur une surface parfaite, avec un vélo bien ajusté, on a vraiment l'impression de glisser.

Jean William Prévost

Un pro

Jean William Prévost est dominant en BMX Flatland. Il a d’ailleurs remporté la compétition internationale E-FISE 2020 grâce à cette prestation :

Mais comment fait-t-on pour devenir un pro du BMX Flatland? En s’entraînant. Jean William monte sur son vélo au moins trois heures par jour et ce, quatre ou cinq fois par semaine.

Son sport est sanctionné par l’Union Cycliste Internationale et lui a permis de voyager partout dans le monde. C’est d’ailleurs lors d’un séjour en Chine que lui est venue une idée qui lui permet maintenant de gagner sa vie grâce au BMX.

On étaient en compétition près d'un quartier industriel et j'avais besoin de nouveaux pegs (des repose-pieds qu'on peut aussi tenir avec les mains). J'ai demandé à une petite usine de m'en faire avec des bouts arrondis et avec une prise ajustée à la main. C'est beaucoup mieux que tous les autres pegs.

Jean William Prévost

Depuis maintenant quelques années, il est à la tête de l’entreprise IGI BMX qui fabrique des pièces spécialisés.

Justement, de l’équipement particulier, il en faut. La durée de vie d’un pneu peut n’être que d’une semaine et il faut un vélo léger sinon les manoeuvres sont beaucoup plus difficiles.

Jean William Prévost BMX Flatland

Crédits photo : Charles Knox @atelierknox

La gang des BMX

Dès son plus jeune âge, le côté rebelle du BMX l’attire.

Quand j'étais jeune, on avait loué le film « La gang des BMX » et j'ai trouvé ça tellement hot qu'on l'a jamais remis au club vidéo! Puis, vers 14-15 ans, j'ai commencé à prendre le BMX Flatland plus au sérieux. Je me suis mis à faire des trucs et à en inventer des nouveaux.

Jean William Prévost

Chaque nouveau truc doit être baptisé. Qu’il fasse un « Funky chicken », un « Forklift » ou un « Alien Glide » chaque manoeuvre le force à demeurer humble même s’il fait partie de l’élite mondiale. Inventer un mouvement est complexe; ça peut prendre des centaines de tentatives avant de le réussir et des centaines d’autres pour le maîtriser.

Dans un sport où il y a des juges comme le BMX Flatland, l’erreur est impardonnable.

On est jugés selon la difficulté des manoeuvres, notre style, notre originalité et aussi selon notre technique. J'aimerais que la technique soit plus récompensée que le reste. Parce que ce n'est pas donné à tous d'avoir la motivation et la patience de créer. En récompensant la technique, ça démocratiserait mon sport qui a vraiment besoin de visibilité, surtout au Québec.

Jean William Prévost
Jean William Prévost BMX Flatland

Crédits photo : Stéphane Bar

Pour la relève

C’est justement pour donner de la visibilité au Flatland que Jean William Prévost représente la région de Montréal au concours « Les Talents bleus » de l’émission La semaine des 4 Julie sur Noovo. Mercredi soir, il tentera de se qualifier pour remporter le grand prix de 100 000 dollars relié à la compétition.

Si jamais je gagne, je pourrais investir pour créer une école de BMX Flatland. Nous sommes déjà peu de gens au Québec à en faire, il faut qu'on donne une place à la relève. En France et au Japon, ils sont bien partis, mais au Québec, on a beaucoup de chemin à faire pour trouver et former les champions de demain.

Jean William Prévost

Le proverbe dit que nul n’est prophète en son pays. Notre province compte sur un champion qui mérite plus de reconnaissance. Si vous voyez un homme tournoyer sur son BMX, ne faites pas que le regarder de loin. Allez le voir et encouragez-le. Ses efforts valent au moins ça!



Commentez cet article