Un débat fait rage à la suite de la demande de transaction de Jonathan Drouin, mécontent de son utilisation à Tampa Bay : devrait-on faire une offre pour obtenir l’attaquant québécois?

Les plus optimistes disent OUI sans cligner des yeux, convaincus que le Lightning va se contenter de Lars Eller, Jarred Tinordi et une poignée de choix pour faire l’obtention de l’ancien des Mooseheads dans la LHJMQ. Les plus réalistes pensent que Tampa sera trop gourmand et que ça ne vaudrait pas le coup d’offrir une sévère rançon pour obtenir un joueur qui n’a rien cassé dans la LNH.

Les deux réponses se valent, mais nous avons notre petite idée de fait sur le «fameux» Drouin.

Drouin, comment ne rien direSouvenirs chez nos amis de RDS – avant même de faire le saut dans la LNH, Jonathan Drouin maîtrisait déjà la réponse «de joueurs de hockey» qui consiste à ne rien dire, peu importe la question.

Calmez-vous un peu avant de le vouloir à Montréal…

Publié par Balle Courbe sur 4 janvier 2016

Voyez-vous, chez Balle Courbe nous n’avons pas la prétention d’être des experts. Nous ne sommes pas des anciens joueurs, même qu’on peut à peine témoigner de l’odeur d’un vestiaire, même au niveau «ligue de bière».

Par contre, nous avons l’oeil critique qui carbure aux médias. Si un sportif se pointe le nez devant une caméra, il tombe dans notre champ d’expertise.

Dans le cas de Drouin, chacune de ses présences avec un micro près de la bouche est un non-événement marquant. C’est que Drouin, aussi habile dans la langue de Molière qu’un chien sur une allée de quilles fraîchement cirée, est passé maître dans l’art de ne rien dire avec beaucoup de mots. Il aime inventer des formulations, se contredire dans une même phrase et manier l’hésitation sonore tel un samouraï du piton collé sur eeeeeeeeeeeee.

Bref, Drouin à Montréal, avec l’agressivité des médias, survivra quelques heures au mieux.

«En français SVP»

Même #PKP donnera son grain de sel.

Drouin à Montréal, oui ou non? N’oubliez jamais qu’Alexandre Daigle aussi était vraiment impressionnant dans le Junior, avec les conclusions que l’on connaît.

 



Commentez cet article