Depuis le début de la saison dans la NFL, Colin Kaepernick a plus souvent fait la manchette en raison de ses protestations sur le terrain qu’en raison de ses performances. Le quart réserviste des 49ers n’a pas vu beaucoup de ballon, mais il a eu beaucoup de micros devant lui depuis qu’il rend ses opinions vocales sur les enjeux raciaux aux États-Unis.

Avec le débat vers la présidence des États-Unis, lundi, c’était normal qu’on se tourne vers Kaepernick pour ses opinions sur cette course. Trump et Clinton? Kaepernick pense que c’est comme choisir entre deux diables, ou le moindre mal si vous préférez.

Colin a vidé son sac devant des journalistes mardi.

«It was embarrassing to watch that these are our two candidates. Both are proven liars, and it almost seems like they’re trying to debate who’s less racist.»

«And at this point, you have to pick the lesser of two evils. But in the end, it’s still evil.»

Kaepernick avait ouvertement traité Donald Trump de raciste cet été et le candidat républicain lui avait candidement répondu de se trouver un autre pays où ça serait mieux adapté pour lui. (Pas de farce, c’est vraiment ce qu’il a dit).

Le joueur des 49ers en ajoute maintenant en reprenant le slogan de la campagne de Trump et en l’ajustant pour qu’il soit plus représentatif de la vie aux États-Unis pour les gens de couleurs.

«It’s a very ignorant statement that if you don’t agree with what’s going on here, if you want justice, liberty and freedom for all, then you should leave the country. He always says ‘Make America Great Again.’ Well, it’s never been great for people of color. That’s something that needs to be addressed. Let’s make America great for the first time.»

Il a raison, l’Amérique n’est pas le royaume de l’opportunité pour tout le monde.



Commentez cet article