Ça avait pourtant si bien commence pour Robert Griffin III à Washington.

L’équipe de football au nom raciste a payé un énorme prix (trois choix de première ronde et un de deuxième envoyés aux Rams de St-Louis) pour repêcher ce quart-arrière prodigieux, tout juste derrière Andrew Luck, lors de la sélection de 2012. Washington, enfoncé dans la médiocrité depuis leur dernier titre de champions du Superbowl en 1991, venait de trouver son sauveur. C’est pas moi qui le dis, ce sont les affiches qui, essentiellement, le comparaient à Obama :

rg3hope.tumblr.com

rg3hope.tumblr.com

Et il faut dire que suite à sa première saison dans la NFL, tous les espoirs étaient effectivement permis. Vingt touchés par voie aérienne et 7 par la course contre seulement 5 interceptions, pourcentage de passes complétées de 65.6%, un titre de recrue offensive de l’année et des jeux spectaculaires comme celui-là :

Pour vous donner une idée de la manière dont RGIII a impressionné lors de sa saison recrue, considérez ceci : avant le début de la saison 2012, le joueur de ligne défensive des Giants de New York Osi Umenyora avait déclaré à son sujet dans une entrevue à la radio: « Vous parlez pas mal de ce gars-là dans les médias, vous lui avez déjà donné un surnom cool, et on ne l’a pas vu jouer une seule seconde. Tant qu’il n’aura rien fait sur le terrain, je vais l’appeler Bob Griffin ».

Puis vient premier match entre New York et Washington, que les Giants emportent de justesse mais au cours duquel RGIII a fait ceci sur un 4e essai avec 10 verges à faire :

Après la partie, le coéquipier d’Umenyora sur la ligne défensive, Justin Tuck, a déclaré: « J’en veux aux dieux du football d’avoir placé RGIII dans notre division » et a ajouté « j’ai l’impression que d’ici à ma retraite, je vais voir son visage dans mes rêves mais surtout dans mes cauchemars », ce qui est un compliment drôlement formulé.

Parlant de cauchemars, il semble que RGIII aime autant jouer au football que signer des ententes publicitaires. Il a été l’un des visages de marque de la compagnie Subway, ce qui engendré cette promotion commerciale absolument monstrueuse, bel et bien digne des pires terreurs nocturnes :

collegesportsblog.dallasnews.com

collegesportsblog.dallasnews.com

Tout allait bien, mais les choses se sont gâtées une première fois lors du premier match des séries. RGIII s’était déjà fait amocher le genou un mois plus tôt contre les Ravens mais a quand même commencé le match contre les Seahawks, peut-être sans le consentement de son médecin. Ce qui devait arriver arriva : contre une défensive vorace, RGIII a aggravé sa blessure lors du premier quart et a joué sur une jambe jusqu’à ce qu’il se fasse exploser le genou de manière encore plus violente vers la fin du match.

Getty images

Getty images

À qui la faute? Certains pensent que l’entraîneur de l’époque Mike Shanahan, aurait dû retirer son quart vedette du match dès la première alerte en début de partie; d’autres rappellent que le principal intéressé à déclaré après la partie « je suis la meilleure option pour cette équipe et c’est pour ça que je suis le partant », ce qui n’est pas très gentil pour les réservistes. Je regardais le match en direct et je blâme le terrain, qui était dans des conditions si effroyables qu’un directeur d’école n’aurait pas laissé sortir des enfants jouer dessus. Avant le match, le joueur des Seahawks Michael Robinson avait l’impression que le terrain était en fait de la terre battue recouverte de peinture verte, preuve à l’appui :

sportsradiokjr.com

sportsradiokjr.com

En tout cas, envoyer jouer un athlète au genou fragile sur ce terrain était vraiment un plan risqué. Toujours est-il que cette blessure a amorcé le déclin précipité de RGIII, bien qu’il ait été le principal artisan de son malheur…

La suite de son histoire, ici!

 



Commentez cet article