Ça y est. La grande danse du printemps tire à sa fin. La vraie de vraie de vraie saison commence. On a séparé les hommes des enfants et les demi-dieux des hommes. Il est l’heure de plus que bien faire les petites choses. Il est temps de travailler fort sur toute la patinoire, pas seulement dans les coins, et d’être les premiers, deuxièmes et troisièmes sur la rondelle. C’est le moment pour les meilleurs joueurs d’être meilleurs que les meilleurs joueurs de l’autre équipe.

Bref, la finale de la Coupe Stanley promet d’être enlevante ! Malheureusement, l’appel du slackline au parc Jarry risque fort de l’emporter sur celui du salon-de-3½-avec-pas-d’air-climatisé du beau-frère de votre cousine.

C’est pourquoi, en bon samaritain que je suis, je vous dispense de regarder la grande finale en vous annonçant tout de suite ce qui va arriver. Comme lors des trois rondes précédentes, j’ai mis mes algorithmes savants et raffinés à contribution afin de prédire l’issue de l’affrontement Blackhawks-Lightning.

Vous me remercierez en feignant d’apprécier votre verre de pastis pendant votre partie de pétanque ironique.

Les experts ont eu tôt fait d’annoncer que cette finale allait être celle de la jeunesse contre la sagesse. De la fougue contre l’expérience. Des 16 équipes ayant participé aux séries, le Lightning est celle qui présente la moyenne d’âge la plus basse. À l’opposé, sept joueurs s’alignant pour les Hawks pourraient graver leur nom sur la Coupe pour une troisième fois. De tous les joueurs actifs dans la LNH, seul Justin Williams peut se vanter d’en avoir fait autant.

Et c’est-ce qui fera la différence durant la finale. Parce qu’il a beau être le meilleur marqueur de l’après-saison, Tyler Johnson ne sera pas en mesure de finir la série, puisqu’il doit reprendre un cours de mathématiques durant la session d’été. Même chose pour Kucherov, que sa mère oblige à tondre des gazons chaque été pour « vivre une autre expérience ».

Kucherov espère enfin frencher cet été

Kucherov espère enfin frencher cet été

Et c’est sans parler de Namestnikov, qui s’était déjà engagé pour être sauveteur à la piscine municipale de sa ville natale en Russie.

À l’opposé, la finale taxera beaucoup les vieux joueurs des Blackhawks. Dans le 3e match, Hossa comptera dans son propre but en raison d’un début d’Alzheimer. Michael Rozsival écopera quelques pénalités pour comportement anti-sportif après avoir menacé, avec sa vieille Winchester calibre 12, les joueurs du Lightning qui passaient trop proche de son banc. Et le vieux Timonen finira la série en marchette, victime d’une crise aigüe d’arthrite.

Mais mieux valent des joueurs séniles et en marchette sur la glace que des jeunes fougueux mais pas sur la glace. Oui, le Lightning aura bien un ou deux éclairs de génie durant la finale, tel un adolescent que l’espoir d’un french avec Sophie, la responsable du club de philatélie, au bal des finissants, fait sortir son inertie habituelle. Mais au final, la sagesse et l’expérience auront le dernier mot. Et la Coupe au bout des bras.

Blackhawks en 6.



Commentez cet article