Jeudi, mon collègue, Vincent Noël, dressait une liste intéressante de joueurs étoiles qui n’ont jamais été en mesure de remporter le trophée Hart, décerné au joueur le plus utile à son équipe dans la LNH. Non, Pavel Bure n’a jamais remporté le Hart.

Il y a une certaine injustice dans tout ça, puisqu’il y a des joueurs qui ont remporté des trophées individuels dont tu as probablement oublié l’identité aujourd’hui.

En voici quelques-uns.

1. Jonathan Cheechoo

Après un lockout d’une saison en 2004-2005, la Ligue Nationale a mis en œuvre des règlements qui permettaient un jeu plus ouvert et incidemment, plus de de buts inscrits. Qui est le joueur qui en a le plus profité?

Jonathan Cheechoo, rien de moins. L’ancien attaquant des Sharks n’a réussi que 4 saisons de plus de 20 buts. Parmi elles, une de 56, qui lui a permis de coiffer Jaromir Jagr, Alexander Ovechkin, Ilya Kovalchuk et Danny Heatlet au sommet des buteurs de la LNH.

Cheechoo doit une couple de soupers à son joueur de centre cette saison-là, Joe Thornton, qui a terminé au sommet des pointeurs de la LNH.

Cheechoo a disputé seulement trois autres saisons complètes dans la LNH après cette campagne de 56 buts, mais il en a tout de même joué 11 au niveau professionnel, avant de se retirer.

2. Jim Carey

Non, pas le comédien. D’ailleurs croyez-vous que le vrai Jim Carey connaît l’existence du deuxième Jim Carey. L’ancien gardien de la LNH.

Carey a évolué dans la LNH entre 1994 et 1998, mais n’a été en mesure de jouer plus de 40 matchs au cours de la même saison à une seule reprise.

Ça se déroulait en 1995-1996. Et Carey s’est arrangé pour rentabiliser cette saison, avec rien de moins qu’un trophée Vézina. Il a terminé la saison avec une moyenne de buts alloués de 2,26 et un taux d’efficacité de ,906.

C’est bien, mais ça demeure modeste pour un gagnant du trophée Vézina. Pour vous donner une idée, Carey Price a mis la main sur le précieux en 2014, fort d’une moyenne de buts alloués de 1,96 et un taux d’efficacité de ,933.

Donc, Carey compte autant de trophées Vézina à sa collection que Price, Henrik Ludqvist et Marc-André Fleury.

3. Fernando Pisani

Qui? Fernando Pisani! Après une première saison complète de 30 points et une autre de 37, Pisani est débarqué en séries éliminatoires avec des airs de Brett Hull. L’attaquant a participé à la finale de la Coupe Stanley avec les Oilers, qui se sont inclinés face aux Hurricanes. Pisani a marqué 14 buts en 24 matchs durant les séries. Il en avait obtenu 18 en 80 rencontres en saison régulière quelques mois plus tôt.

Avec ses 14 buts, Pisani se classe au 23e rang de l’histoire à ce chapitre. Puisqu’il est difficile de comparer les époques, concentrons-nous sur les années 2000.

Depuis le début du nouveau millénaire, il n’y a que deux joueurs qui ont inscrit plus de buts que Pisani en séries éliminatoires. Deux. Alexander Ovechkin. Sidney Crosby.

La carrière de Pisani a piqué du nez par la suite. En fait, il ne compte qu’une saison de plus de 14 buts dans sa carrière.

Ovechkin en compte 17 de plus que 24 buts… sur 17. Et ça inclut la présente campagne, une autre marquée pour un lockout et deux écourtés par la pandémie.

4. Andrew Raycroft

Le gardien de but a disputé au moins un match entre la saison 2000-2001 et 2010-2011. Sa première campagne complète aura été sa meilleure… et sa seule bonne.

Portant les couleurs des Bruins à ce moment, Raycroft a d’ailleurs remporté le trophée Calder. On pouvait s’attendre à plus pour la suite des choses.

Il faut dire que donner le Calder à un gardien de but est loin d’être un gage de succès. Depuis le début des années 2000, trois gardiens ont mis la main sur le précieux. Evgeny Nabokov a connu une carrière plus qu’honnête avec les Sharks.

Les deux autres? Raycroft, puis Steve Mason, avec les Blue Jackets.

Après avoir bouclé une saison recrue magistrale, Raycroft n’a été en mesure de jouer plus de 31 matchs qu’une seule fois en sept ans.



Commentez cet article