Ici, sur Balle Courbe, nous sommes de fins observateurs de la société et des comportements humains. Durant nos incalculables heures de recherche, nous avons rédigé cette hypothèse que nous partageons avec vous : toutes les grandes leçons de l’histoire de l’humanité se retrouvent  dans les films de sport.

Afin de prouver notre théorie, voici un exemple de pourquoi tout ce que vous devez savoir de la vie se trouve dans un film de sport.

Le film : Murderball (2005)

Mise en situation : Au retour des Jeux olympiques d’Athènes (2004), un documentaire s’intéresse à la rivalité entre le Canada et les États-Unis lors du tournoi de rugby en fauteuil roulant (murderball) de la portion paralympique des Jeux. L’équipe américaine, plus particulièrement, présente une collection d’individus spécialement divertissants que l’on apprend à connaître avec le film.

Les leçons : La rivalité entre le Canada et les États-Unis n’est pas exclusive au hockey, loin de là.

De plus, une chaise roulante ne transporte pas la honte de ces utilisateurs, elle souligne plutôt la force de caractère de ceux-ci. Même si les parasports ne sont pas aussi médiatisés que leurs homologues professionnels, les athlètes impliqués ne méritent pas moins notre respect et notre admiration pour leurs exploits sportifs.

Au-delà des enjeux reliés au handicap (comme l’accessibilité, par exemple), il y a moyen d’approcher les personnes handicapées sans forcément mettre l’accent sur « ce qui ne va pas » avec eux, mais en s’appuyant plutôt sur ce qui les définit à titre d’individus – d’êtres humains.

Ici, deux équipes de rugby se préparent pour les Jeux paralympiques. Ils vivent des hauts, des bas, des rivalités, des amours, des fêtes et tout ce qui vient avec.

La chaise roulante, ici, est un outil de travail. Pas un handicap, pas une béquille, pas un prétexte pour faire pitié. Elle est présente, n’est pas cachée, mais n’attise pas un capital de sympathie. Elle est là et c’est tout.

Se sensibiliser à la réalité des personnes souffrant d’un handicap, c’est aussi d’arrêter de leur offrir un regard de haut comme s’il n’attendait qu’un sauveur pour illuminer leur quotidien. Ils existent, ils aiment, ils veulent partager avec d’autres gens, ils veulent vivre le même spectre d’émotions que nous tous.

Murderball, malgré les sacres et la vulgarité, c’est un regard égalitaire sur une réalité différente. Un regard rare, trop rare.

La leçon, ici, c’est d’être inclusif, compréhensif et empathique. Pour le reste, il y a l’alcool, les femmes et les jeux.

BONUS – Les vedettes de Murderball ont aussi fait des folleries avec les gars de Jackass. Une rencontre surprenante.

BONUS no.2 – Si les sous-titres obscurs ne vous gênent pas, vous pouvez visionner le film en entier en CLIQUANT ICI.

 



Commentez cet article