blues

Mercredi soir, les Blues reçoivent les Sharks à Saint-Louis pour le troisième match de la finale de l’Ouest présentement à égalité 1-1 entre les deux équipes.

On peut dire que ça va bien pour les Blues que la plupart des experts ne voyaient pas aussi loin lors du hockey printanier. Mais l’équipe du Missouri s’accroche et l’ambiance est électrique lors des matchs.

Une grande fan de hockey à l’hôpital

Si le triomphe des Blues en séries est impressionnant, il ne se compare pas au combat contre la maladie d’une de leurs plus grandes admiratrices : Laila Anderson. La petite Laila, 10 ans, souffre de la Lymphohistiocytose hémophagocytaire, une rare maladie infantile du sang; une maladie si rare que les médecins ont mis plus de 14 mois avant d’établir le diagnostic administré à seulement 15 enfants à travers le monde. L’hiver dernier, les Blues avaient invité les gens à rejoindre le registre de don de moelle osseuse afin d’aider la jeune fille à combattre la maladie, elle qui avait besoin d’une transplantation.

Plusieurs mois plus tard, la petite Leila est toujours à l’hôpital pour enfant de Saint-Louis pour combattre la maladie et l’équipe ne l’a pas oublié. Même que la mascotte des Blues était sur place pour un événement majeur dans la vie de la jeune fille.

Un moment de bonheur

En effet, la semaine dernière Leila a eu la chance d’enfin sonner la cloche de l’hôpital. Cette cloche signifie la fin de ses traitements et elle pourra aspirer à une vie plus normale à partir de maintenant, elle qui était trop faible pour quitter l’hôpital depuis ses opérations.

La fillette portait même un t-shirt des Blues quand elle a sonné la cloche.

Vous dire à quel point c’est une vraie de vraie fan.

Une surprise toute spéciale

Mais ce n’était pas la fin des bonnes nouvelles pour Leila qui a reçu une belle surprise quand sa mère lui annonce sa première sortie officielle.

Sa réaction vaut tout l’or du monde.

Alors la petite Laila sera sur place mercredi soir pour le premier match à domicile des Blues lors de la finale de l’Ouest. Parions qu’une victoire la comblerait au-delà de ce qu’on pourrait imaginer.



Commentez cet article