williams

La fin de semaine dernière, on apprenait que l’ancienne numéro 1 mondiale Serena Williams n’aurait plus le droit de porter sa combinaison signature, développée avec l’aide de Nike pour l’aider avec ses problèmes de caillots sanguins pendant les matchs, lors des prochaines éditions du tournoi de Roland-Garros en vertu de l’adoption de règles plus strictes sur le code vestimentaire des joueurs et joueuses.

C’est ce qu’a annoncé le président de la Fédération française de tennis, Bernard Giudicelli, en ajoutant que l’adoption de ces nouveaux règlements avait été faite parce qu’il était d’avis « qu’on était parfois allé trop loin », en parlant des tenues des joueurs et joueuses lors du tournoi. Hum, drôle de position n’est-ce pas? Vous rappelez-vous avoir déjà été offusqué(e) par l’habillement d’un(e) participant(e) à ce tournoi majeur de tennis? Moi, je dois dire que non.

Questionné à savoir spécifiquement si Williams pourrait enfiler sa combinaison spéciale qui, a-t-elle précisé, « la fait sentir comme une princesse guerrière » quand elle la porte, Giudicelli a mentionné que non, il ne serait plus permis que l’Américaine l’enfile, parce « qu’il faut respecter le terrain et le jeu ». Ça va, monsieur Giudicelli? C’est juste qu’on est en 2018 et qu’un homme qui critique l’habillement d’une femme parce qu’il le juge trop sexy (alors qu’il n’y a absolument rien d’indécent), ça fait un peu, beaucoup vieux jeu.

La voici, la fameuse combinaison « Black Panther » de Williams :

williams

Crédits photo : Getty Images

Avez-vous, comme monsieur Giudicelli, les yeux qui brûlent en regardant l’image? Moi, ça va. Sinon, je vous suggère un rendez-vous chez l’optométriste, vous avez peut-être une petite infection.

Williams a montré toute sa classe suite à cette controverse en ne tombant pas dans la critique facile, mais plutôt en protestant avec ses vêtements lors de son match de premier tour au US Open. La joueuse s’est en effet présentée sur le terrain avec un tutu noir. Une réponse parfaite.

willing to design dresses for her for life.

Une publication partagée par @ virgilabloh le

Au cours des derniers jours, sur le web, cette nouvelle a aussi grandement fait réagir. L’ancien joueur de tennis Andy Roddick a été l’un de ceux ayant décrié cette décision qu’il a qualifiée de « stupide ».

Roddick a aussi pris le temps de répondre à quelques abonnés Twitter qui mentionnaient que le code vestimentaire était beaucoup plus strict lors du tournoi de Wimbledon et qu’ils ne voyaient pas pourquoi les règles ne pouvaient pas être aussi sévères à Roland-Garros.

Sa dernière réponse est particulièrement intéressante. Si le code vestimentaire de Wimbledon est aussi strict (plus que celui de Roland-Garros), pourquoi est-ce que la joueuse Anne White, lors de l’édition de 1985 du tournoi, a eu le droit — même si elle a provoqué une petite controverse en le faisant —, de porter une combinaison très similaire — sauf le fait qu’elle soit blanche et non noire — à celle portée par Williams?

williams

Crédits photo : Getty Images

La question restera probablement sans réponse, mais elle mérite d’être posée. Qu’est-ce qui dérange tant monsieur Giudicelli? Pourquoi juge-t-il bon de bannir une combinaison au style original, mais permettant aussi une meilleure performance de l’athlète? C’est désolant.

En terminant, on vous laisse avec la réponse de Nike, son commanditaire, suite à cette très étrange affaire.

Pas bravo, M. Giudicelli. Pas bravo pantoute.

via RDS



Commentez cet article