Alors que l’Australie et la Nouvelle-Zélande se préparent à accueillir dès ce week-end la Coupe du monde de cricket, nous sommes encore à deux mois de la compétition la plus intéressante de cricket : le Bug Bowl.

Contrairement à ce que l’on croyait dans La Grande Séduction, non, ils ne les font pas « courser ». Au Bug Bowl, les crickets, ou grillons, sont plutôt utilisés pour un concours de celui qui crache le plus loin puisque l’épreuve reine de cette foire entomologique est effectivement le « cricket spitting ».

Le Bug Bowl a lieu à chaque année depuis 1990 au campus de l’Université Purdue, à West Lafayette, en Indiana. Et depuis 1997, le crachat de grillons fait partie du programme de l’événement.

Dans cette discipline, les participants doivent choisir un grillon parmi les trois qui leur sont présentés. Les grillons doivent peser entre 45 et 55 milligrammes et être complets, c’est-à-dire toujours avoir leurs six pattes, quatre ailes et deux antennes. Une fois son cricket choisi, le participant se place dans un cercle de cinq pieds de diamètre et a 20 secondes pour le cracher.

Le record Guinness a été établi en 1998 par Dan Capps, de Madison, au Wisconsin, avec un crachat de grillon qui a franchi 32 pieds et un pouce et quart, soit près de 10 mètres.

Cette discipline serait aussi pratiquée sur le campus d’autres universités américaines et aurait bien sûr retenue l’attention de la PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) puisque les grillons sont tués en les congelant. Cependant, ça ne doit pas être très haut dans les priorités de l’organisation.

Notons qu’au programme du Bug Bowl, il y a aussi des courses de coquerelles (tirant même parfois des tracteurs). C’est peut-être là que PETA devrait mettre son nez pour combattre la cruauté animale…

Mais en attendant, le prochain Bug Bowl, prévu les 18 et 19 avril prochains, il va falloir se contenter du « vrai » cricket, celui avec des matchs de cinq jours et des pauses pour prendre le thé…



Commentez cet article