Mike Bossy

Une génération complète de fans de hockey a assisté hier à des matchs d’une série « trois-de-cinq » pour la toute première fois. Ce format n’avait pas été utilisé par la Ligue nationale de hockey depuis 1986 – et ça aura pris un contexte tout à fait exceptionnel pour qu’il fasse son retour.

Question de m’éduquer sur ce format – que j’ai moi-même jamais connu – et pour plaire aux nostalgiques, offrons-nous un petit voyage dans le temps.

D’abord, la durée d’une série peut assurément avoir un effet sur son issue. Une série moins longue avantage nettement une équipe qui a remporté le premier duel. Comme le dit d’ailleurs le coach Joel Quenneville, qui a lui-même vécu ce scénario  avec les Whalers, « dans une courte série, tout peut arriver ».

En se tournant vers le passé, on constate effectivement qu’une équipe qui a remporté le match no.1 possède 81,9 % de chance de sortir vainqueur. C’est énorme, considérant que dans un quatre-de-sept habituel, le club qui gagne le premier match n’a « que » 69,7 % de chance de triompher au final.

Il y a quand même des exceptions! En 1982, les Canadiens ont remporté le premier match face aux Nordiques, avant de voir leurs rivaux finalement sortir avec les grands honneurs. Il est d’ailleurs possible de réécouter le match ultime sur la chaîne YouTube de la LNH.

Les meilleurs dans ces circonstances : les Islanders

Historiquement, ce sont les Islanders de New York qui ont connu le plus de succès en mode trois-de-cinq. Ils ont gagné pas moins de six de leur sept séries du genre. Il faut dire que leur grande dynastie de 1980-1983 s’est déroulée à une époque où la première ronde était constituée d’au maximum cinq parties. Ils représentent aussi, à ce jour, la seule franchise à avoir surmonté un déficit de 2 à 0 pour remporter une série trois-de-cinq.

Leur seule défaite dans ce format est survenu en 1986, dernière année du trois-de-cinq, alors qu’ils se sont inclinés face aux Capitals.

Les Islanders ont eu la main heureuse en renouant avec ce format hier, alors qu’ils ont battu les Panthers 2 à 1.

Si le passé est garant de l’avenir, le match de hier est toutefois de mauvaise augure pour les Oilers, qui se sont fait surprendre par les Blackhawks, à domicile. C’est que dans leur histoire, les Oilers ont connu seulement deux dénouements possibles lors des confrontations trois-de-cinq : des balayages, ou des défaites.

Le 15 avril 1986, journée mémorable

Avant cette année, les deux derniers rencontres tirées d’une série trois-de-cinq ont été disputées le 15 avril 1986. D’abord, les Rangers ont éliminé les Flyers au vieux Spectrum grâce à une belle performance de Pierre Larouche, qui a récolté 2 points dans une victoire de 5 à 2.

Ensuite, les Blues ont défait les mythiques North Stars 6 à 3, dans le match ultime, pour accéder à la ronde suivante. Pour ceux qui veulent savoir, Bernie Federko a été le dernier à s’inscrire au pointage. C’est Jaccob Slavin, qui a repris le flambeau, cette année, en marquant le premier but des rondes qualificatives.

Les champions de 1986…

En terminant, quelle est la dernière équipe à avoir passé par un trois-de-cinq avant de remporter une Coupe Stanley? Bien oui, les Canadiens en 1986, alors que leurs premiers adversaires étaient les Bruins, dont ils se sont facilement débarrassés en trois joutes.

Le Tricolore a d’Ailleurs très bien entamé sa série trois-de-cinq face aux Penguins hier, en gagnant 3 à 2 en prolongation. Eh oui! Qu’on soit au printemps ou en plein mois d’août, si les Canadiens sont en playoff, c’est certain qu’on va essayer de chercher de voir si les astres s’alignent de quelconque façon… !



Commentez cet article