Harley Race

Le monde de la lutte professionnelle est en deuil aujourd’hui suite à l’annonce du décès du légendaire Harley Race à l’âge de 76 ans.

La nouvelle a été partagée sur Twitter par plusieurs connaissances jeudi, notamment par Dustin Rhodes, le fils de Dusty, qui a longtemps côtoyé Race lors de ses passages légendaires à la NWA de l’époque.

Le compte officiel d’Harley Race a aussi confirmé le décès du légendaire lutteur à 12 h 50, jeudi après-midi, après une longue bataille contre le cancer des poumons.

Harley Race, l’influence de plusieurs

Harley Leland Race a lutté du début des années 60 à Nashville jusqu’au milieu des années 90 alors qu’il était essentiellement un gérant à la World Championship Wrestling (WCW). Actif dans le monde du sport-spectacle pendant environ 40 ans, Race a croisé le chemin de nombreuses figures emblématiques de la lutte et lui-même a inspiré des centaines d’autres lutteurs avec son style coloré et son charisme indéniable.

De 1970 à 1984, Harley Race était associé à la National Wrestling Alliance (NWA) où il a fait la pluie et le beau temps en plus de porter à huit occasions le prestigieux Championnat du monde qui a aussi orné les tailles de Ric Flair et Dusty Rhodes, pour ne nommer que ceux-là.

Race a longtemps été le rival des grands lutteurs populaires comme Flair et Rhodes justement à la NWA. En 1977, Race a écarté Terry Funk afin de capturer le championnat pour une durée de presque cinq ans jusqu’à ce que le vent tourne pour Dusty Rhodes en 1981. De 77 à 81, Harley Race était le visage de la NWA et il ne perdait jamais le titre bien longtemps. En tout, il a passé 21 jours sans le championnat de la NWA entre le 6 février 1977 et le 21 juin 1981.

Un champion marquant et dominant, sans l’ombre d’un doute.

Le roi Harley Race

King Harley Race

Crédits : WWE.com

En 1986, Race change son fusil d’épaule et rejoint la WWF de Vince McMahon avec un nouveau personnage : King Harley Race. En fait, il n’était pas immédiatement le roi de la WWF quand Bobby Heenan le présenta à la foule, mais il a rapidement remporté le King of the Ring et il s’est approprié la couronne ainsi que la cape mauve qu’il utilisa pour une bonne partie de son passage chez les McMahon.

Sa carrière avec la WWE a été de courte durée puisqu’il a quitté en 1989 en raison de blessures, mais il a eu une rivalité importante avec le Junkyard Dog qui a mené à un match lors de Wrestlemania III au Silverdome de Détroit.

La WCW et la fin de carrière

Harley Race et Vader

Crédits : PWI

Harley Race a effectué un retour dans le ring avec la WCW en 1990 et il a immédiatement été placé dans une rivalité avec le champion de la NWA de l’époque Tommy Rich. Il a aussi souvent remplacé Ric Flair lors de matchs par équipe et la suite des choses pour Race était dans la continuité de ses belles années à la NWA, mais il affrontait de plus jeunes vedettes comme Lex Luger et Brian Pillman afin de préparer la relève.

Éventuellement, le temps et les blessures auront raison de sa carrière dans le ring. En 91, il accompagne Lex Luger à titre de gérant et Luger capturera rapidement le Championnat du monde de la WCW. Éventuellement, le clan de Race ajouta des membres comme Big Van Vader et un jeune Kevin Nash.

Harley Race restera actif jusqu’en 1994 dans ce rôle avec quelques apparitions mineures dans le ring avant d’être introduit au Temple de la renommée de la WCW lors de la soirée Slamboree 1994. Après un accident de voiture, Race s’est fait remplacer la hanche et il s’est tenu loin du ring pour la suite des choses.

On a revu brièvement Race à la télévision de la WWE dans un angle avec un jeune Randy Orton avant son introduction au Temple de la renommée.

Un grand de la lutte

Harley Race aura marqué le monde de la lutte avec sa grande gueule, son charisme et son côté détestable qui ralliait les foules contre lui. Le méchant idéal d’une génération, le modèle à suivre pour des lutteurs comme Triple H après lui, le roi Harley Race est un élément important de l’histoire du sport spectacle.

Nos sympathies à la famille et aux amis de Race.



Commentez cet article