Meilleurs LNH #1 - #99

Voici mon classement du meilleur joueur de l’histoire de la LNH pour chaque numéro de chandail, de 1 à 99.

Certains chiffres sont associés à plusieurs grands noms. La question est : quel joueur se démarque le plus?

Richard ou Howe?
Yzerman ou Sakic?
Ovechkin ou Selanne?

Dans certains cas, c’est déchirant… Vous ne serez sans doute pas d’accord avec tous mes choix.

Je spécifie que l’athlète doit avoir porté le # en question durant plusieurs saisons et être fortement associé à celui-ci.

Vous remarquerez aussi que plus d’un joueur de la LNH ont osé arborer les numéros 0, 00, 69 et 99… Eh oui!

Jacques Plante

Jacques Plante, 1959

Chandail #1 – Jacques Plante
Mon vote va à Jacques Plante, mais à la même époque, un autre gardien portant le chandail #1 laissait sa marque dans l’histoire de la LNH : Terry Sawchuk.

Chandail #2 – Doug Harvey
Doug Harvey a mis la main sur le trophée James Norris sept fois, mais j’ai hésité… Mon choix aurait pu s’arrêter sur Eddie Shore, le seul défenseur à avoir remporté le prestigieux trophée Hart à quatre reprises (ça nous donne une idée de l’impact qu’il a exercé au sein des Bruins).

Chandail #3 – Pierre Pilote
Je suis certain que personne n’aurait crié au scandale si j’avais inscrit le nom de l’ancien capitaine du Canadien Émile « Butch » Bouchard à la place de l’ex-défenseur #3 des Blackhawks.

 

Bobby Orr

Bobby Orr, 1970

Chandail #4 – Bobby Orr
Très peu de joueurs pouvaient ravir cette place à Jean Béliveau. Bobby Orr est l’un de ceux-ci.

Chandail #5 – Nicklas Lidstrom
Bernard « Boom-Boom » Geoffrion a transporté la foule du Forum des centaines de fois, mais Lidstrom a été tellement dominant… de 21 à 41 ans.

Chandail #6 – Phil Housley
Un choix logique. Mais s’il y en a qui aurait préféré voir le nom de Toe Blake, c’est légitime.

Chandail #7 – Phil Esposito
Plusieurs autres joueurs épatants sont associés au numéro 7, dont Howie Morenz et Tim Horton.

 

Teemu Selanne

Teemu Selanne, 2014

Chandail #8 – Teemu Selanne
Auriez-vous plutôt opté pour Alex Ovechkin? Le franc-tireur des Caps a atteint le plateau des 50 buts pour une 6e fois en carrière, et il n’a pas encore 30 ans.

Chandail #9 – Gordie Howe
Maurice Richard a marqué l’histoire de la LNH bien au-delà des statistiques. Sans parler de celle du Québec. Sauf que le Rocket portait le même numéro qu’un certain Gordie Howe, troisième marqueur de l’histoire et récipiendaire des trophées Hart et Art Ross à sept reprises… Quel dilemme!

 

Guy Lafleur

Guy Lafleur, 1976

Chandail #10 – Guy Lafleur
Après réflexion, j’ai changé mon fusil d’épaule… Ron Francis m’en voudra-t-il? Ce dernier a terminé sa carrière avec 1 798 points et contrairement à ce que nous serions portés à croire, il n’a joué que durant cinq saisons aux côtés de Mario Lemieux. Mais le fougueux Démon blond était trop habile pour être relégué au deuxième rang, cet honneur lui revient.

 

Mark Messier

Mark Messier, 1995

Chandail #11 – Mark Messier
Daniel Alfredsson et Mark Gartner ne sont évidemment pas de taille. Brendan Gallagher non plus, même s’il vaut son pesant d’or.

Chandail #12 – Jarome Iginla
Je sais, c’est difficile de comparer deux joueurs qui n’ont pas évolué à la même époque, particulièrement s’ils sont du calibre de Jarome Iginla et d’Yvan Cournoyer. D’autre part, la façon dont Iginla se promène d’une équipe à l’autre depuis trois saisons, dans le but avoué de parvenir à enfin soulever la Coupe Stanley, m’exaspère un peu.

Chandail #13 – Pavel Datsyuk
Datsyuk est un joueur complet, avec des mains de magicien. Il peut faire disparaître la rondelle et la faire réapparaître dans le filet adverse avant que Mike Babcock n’ait le temps de crier abracadabra.

Chandail #14 – Brendan Shanahan
Theoren Fleury a toujours été l’un de mes joueurs favoris, il avait du talent et beaucoup de caractère. Mais Shanahan a été plus prolifique.

Chandail #15 – Bobby Smith
Cet ancien du CH a amassé 114 points avec les North Stars en 1981-1982, mais le championnat des marqueurs lui avait échappé (sept joueurs l’avaient dépassé au classement, c’était une autre époque). Mention honorable à Ryan Getzlaf des Ducks, ainsi qu’à Alex Delvecchio, un ancien capitaine des Red Wings qui mériterait peut-être même davantage considération que notre cher Bobby…

 

Marcel Dionne

Marcel Dionne, 1982

Chandail #16 – Marcel Dionne
Il y a congestion ici; Bobby Clarke, Pat LaFontaine, Michel Goulet et Brett Hull ont eux aussi enfilé le chandail numéro 16. Sans oublier celui dont le nom est inscrit 11 fois sur la Coupe Stanley, Henri Richard. Mais j’assume ma décision.

Chandail #17 – Jari Kurri
Si Ilya Kovalchuk n’avait pas déguerpi, il aurait eu une (mince) chance de ravir le titre à Jari.

Chandail #18 – Serge Savard
Un autre Savard (Denis) a aussi fortement retenu mon attention, avec ses 1 338 points en 1 196 matchs en carrière. Mais il n’y a pas que les statistiques sur la feuille de pointage qui comptent dans ce palmarès.

Chandail #19 – Steve Yzerman
L’un des numéros les plus déchirants, puisque Joe Sakic aussi arborait le 19. Yzerman était un vrai guerrier et Sakic a lui aussi accompli de belles choses dans l’uniforme des Nordiques et de l’Avalanche. En comparant les statistiques et les récompenses individuelles de chacun, ainsi que l’impact qu’ils ont eu, vous constaterez que les deux choix se défendent. J’ai fait le mien.

 

 Luc Robitaille Jaromir Jagr

Luc Robitaille et Jaromir Jagr, 1995

Chandail #20 – Luc Robitaille
C’était Luc ou Dino Ciccarelli. Ce n’est pas une blague… Googlez Dino Ciccarelli, admirez son casque et jetez un coup d’œil à ses statistiques pour le fun.

Chandail #21 – Stan Mikita
L’ancien des Blackhawks s’est mérité plus de distinctions que Peter Forsberg, sans parler de l’influence qu’il a eue sur toute une génération de futurs hockeyeurs professionnels.

 

Mike Bossy

Mike Bossy, 1982

Chandail #22 – Mike Bossy
Brad Park et Steve Shutt ont également marqué leur époque. Mais Bossy, c’était du grand art.

Chandail #23 – Bob Gainey
Avant d’échanger Mike Ribeiro contre Janne Niinimaa, Bob avait rendu de fiers services au Tricolore.

 

Chris Chelios

Chris Chelios, 1989

Chandail #24 – Chris Chelios
Ce nom m’évoque de très bons souvenirs. C’est le type de défenseur qu’il vous faut avant de partir à la guerre.

Chandail #25 – Dave Andreychuk
Andreychuk a compté 640 buts en 1 639 rencontres dans la LNH. Il trône au sommet des meilleurs marqueurs en avantage numérique (274). Joe Nieuwendyk et Jacques Lemaire se sont fait coiffer de justesse au fil d’arrivée. Vincent Damphousse mériterait aussi quelques votes.

 

Peter Stastny Richard Sévigny 1978

Peter Stastny et Richard Sévigny, 1978

Chandail #26 – Peter Stastny
Une moyenne de 1,27 point par match en carrière et un incroyable sens du jeu. Difficile de trouver mieux que le meilleur pointeur de l’histoire des Nordiques, même en considérant Martin St-Louis.

Chandail #27 – Scott Niedermayer
Je ne doute pas de son talent, mais Alex Galchenyuk a encore plusieurs croûtes à manger avant d’être considéré comme le meilleur numéro 27 de l’histoire…

Chandail #28 – Claude Giroux
Désolé, Steve Larmer; il y a cinq ans, c’est ton nom qui aurait brillé dans ce prestigieux palmarès.

 

Ken Dryden 1970

Ken Dryden, 1970

Chandail #29 – Ken Dryden
Je ne crois pas que Marc-André Fleury soit à la hauteur de Dryden… Parmi les attaquants actifs avec un 29 dans le dos, Nathan McKinnon se démarque du lot.

Chandail #30 – Martin Brodeur
Le 30 est populaire auprès des gardiens (Chris Osgood, Henrik Lundqvist, Ryan Miller), mais c’est à Martin Brodeur qu’il allait le mieux. Pas certain que son record de 691 gains en carrière soit un jour égalé.

 

Carey Price

Carey Price, 2014

Chandail #31 – Carey Price
Sans hésiter, je place Carey Price devant Billy Smith, le gardien qui a conduit les Islanders vers la conquête de quatre Coupe Stanley au début des années 80 (et le premier à avoir été crédité d’un but). Toutes choses étant égales par ailleurs (comme disaient mes profs du secondaire), je suis convaincu que Price est meilleur.

Chandail #32 – Dale Hunter
Ce joueur intimidant et combatif (dans tous les sens du terme) a cumulé 1 020 points et 3 563 minutes de pénalité en carrière. Vraiment, il mérite toute notre attention, même au point d’ignorer le surdoué Jonathan Quick.

Chandail #33 – Zdeno Chara
Le défenseur format géant des Bruins a mis la main sur le trophée Norris en 2009. Il détient aussi la marque du lancer frappé le plus puissant de la LNH, effectué lors du concours d’habiletés du Match des étoiles (108,8 milles à l’heure).

Chandail #34 – Miikka Kiprusoff
Sa moyenne (2,49) et son pourcentage d’arrêt (.912) sont supérieurs à ceux de John Vanbiesbrouck. Les deux gardiens ont obtenu le trophée Vézina une fois.

 

Patrick Roy 1986

Patrick Roy, 1986

Chandail #33 – Patrick Roy
Je blaguais concernant Zdeno Chara! Le titre revient à Patrick Roy, évidemment. L’ex-gardien vedette du CH est deuxième au chapitre des victoires en saison régulière (551) et premier pour le nombre de gains en séries (151). Est-ce que je vous ai fait paniquer un peu?

Chandail #35 – Tony Esposito
En 1969-1970, à son année recrue, le gardien des Black Hawks a blanchi l’adversaire à 15 reprises. Seul George Hainsworth a fait mieux dans l’histoire de la LNH, avec 22 (1928-1929). Pekka Rinne, le #35 des Predators, était lui aussi dans ma ligne de mire.

Chandail #36 – J.J. Daigneault
Matthew Barnaby, qui a fait la pluie et le beau temps durant plusieurs saisons, aurait aussi été un choix qui se défend.

Chandail #37 – Patrice Bergeron
Tout le monde le voudrait dans son équipe, sans exception. Il excelle dans toutes les facettes du jeu.

 

Pavol Demitra

Pavol Demitra, 2003

Chandail #38 – Pavol Demitra
Pavol a évolué durant 16 saisons dans la Ligue nationale (304 buts et 464 passes en 847 matchs), avant de rejoindre les rangs du Lokomotiv Iaroslavl en 2010. Un an plus tard, il périssait dans l’écrasement d’avion qui a décimé l’équipe.

Chandail #39 – Dominik Hasek
Quel gardien spectaculaire. Hasek a reçu le trophée Vézina six fois, et le Hart, à deux reprises. Son style peu orthodoxe nous en a fait voir de toutes les couleurs.

Chandail #40 – Henrik Zetterberg
C’est en grande partie grâce à ce Suédois que les Red Wings ont soulevé la Coupe en 2008 (auteur du but gagnant lors du 6e match de la finale et MVP des séries). Les statistiques de Tuukka Rask sont également impressionnantes.

Chandail #41 – Jaroslav Halak
Les stats de Jocelyn Thibault – % d’arrêt de .904 et moy. de 2,75 en 586 parties – sont moins éblouissantes que celles de Halak. Même s’il se comptait plus de buts à l’époque, je crois que le jeu du gardien slovaque est un cran au-dessus de celui auquel le Québécois nous a habitués.

Chandail #42 – David Backes
Le capitaine des Blues a trouvé le fond du filet au moins 24 fois lors de cinq des sept dernières campagnes. C’est un leader naturel.

Chandail #43 – Martin Biron
J’espère que Patrice Brisebois ne le prendra pas mal.

 

Stéphane Richer Mario Gosselin 1987

Stéphane Richer et Mario Gosselin, 1987

Chandail #44 – Stéphane Richer
Stéphane a touché la cible cinq fois lors des deux derniers matchs de la saison 1987-1988. À 21 ans, il devenait le plus jeune marqueur de 50 buts dans l’histoire du Tricolore.

Chandail #45 – Arron Asham
Arron Asham, parce qu’il avait du cœur au ventre. Et parce que le numéro 45 n’a jamais vraiment eu la cote dans la LNH.

Chandail #46 – David Krejci
Krejci a terminé au premier rang des pointeurs de la Ligue lors des séries de 2011 et 2013. C’est un joueur d’équipe intelligent.

Chandail #47 – Torey Krug
Avouez que vous aimeriez voir ce jeune et talentueux défenseur dans l’uniforme du CH. Dire qu’il n’a jamais été repêché…

Chandail #48 – Daniel Brière
L’heure de la retraite approche à grands pas pour ce petit attaquant de 37 ans. En date du 31 mars 2015, il avait amassé 12 points en 55 parties au Colorado, pour porter son total à 696 en carrière.

 

Brian Savage

Brian Savage, 1995

Chandail #49 – Brian Savage
Son différentiel cumulatif de -80 est peu reluisant, mais son apport offensif a diverti les partisans du Canadien durant huit campagnes.

Chandail #50 – Corey Crawford
Le pourcentage d’arrêt en carrière de celui qui garde la cage des Blackhawks depuis la saison 2010-2011 est de ,917. Pas mal du tout. Il a aussi mené les siens à la conquête de l’ultime récompense en 2013.

 

Brian Campbell

Brian Campbell, 2013

Chandail #51 – Brian Campbell
Si j’avais tenu compte uniquement du courage, du dévouement et de l’intensité du joueur, c’est Francis Bouillon qui aurait eu mon vote.

Chandail #52 – Adam Foote
L’ancien des Nordiques – et surtout, de l’Avalanche – a porté ce numéro durant 20 saisons.

Chandail #53 – Jeff Skinner
L’atmosphère est peut-être malsaine en Caroline, un changement d’air ferait du bien à Jeff Skinner. Ce septième choix de première ronde en 2010 avait pourtant impressionné à son année recrue (31 buts et 32 passes).

Chandail #54 – David Jones
Sa production a diminué avec les Flames, mais c’est le mieux que j’ai pu trouver pour ce numéro.

Chandail #55 – Larry Murphy
Un impressionnant total de 1 216 points en 1 615 rencontres (5e rang de l’histoire chez les défenseurs). Mention honorable à Sergei Gonchar, qui célébrera son 41e anniversaire le 13 avril 2015.

 

Sergei Zubov et Pavel Datsyuk

Sergei Zubov et Pavel Datsyuk, 2008

Chandail #56 – Sergei Zubov
De loin le plus dominant pour ce numéro. Zubov a amassé 771 points en 1 068 rencontres dans la LNH. Après un court séjour à NY et Pittsburgh, il a rendu de fiers services aux Stars durant 12 saisons.

Chandail #57 – David Perron
Le Sherbrookois semble avoir du bon temps depuis qu’il a élu domicile à Pittsburgh. Qui ne s’amuserait pas sur la glace en compagnie de Sidney?

Chandail #58 – Kris Letang
Le défenseur des Penguins ne sera pas délogé dans ce palmarès de sitôt. Cependant, la commotion cérébrale qu’il a subie le 28 mars pourrait avoir de lourdes conséquences.

Chandail #59 – Roman Josi
Le défenseur qui m’a le plus impressionné cette saison, surtout pour sa production offensive (55 pts) et ses tirs bloqués (207) après 78 matchs. Je suis bien heureux de l’avoir repêché dans mon pool.

Chandail #60 – José Théodore
Le dernier gardien à avoir remporté le trophée Hart. Mais cette donnée pourrait changer cette année!

 

Rick Nash

Rick Nash, 2014

Chandail #61 – Rick Nash
Nash fait partie des rares joueurs qui ont cumulé plus de buts (376) que de passes (318) en carrière (stats en date du 1er avril 2015). Il a touché la cible 40 fois ou plus pour la troisième fois en 2014-2015.

Chandail #62 – Carl Hagelin
Passons tout de suite au suivant, sauf si vous avez une meilleure suggestion.

Chandail #63 – Mike Ribeiro
Pfiou… Il s’en est fallu de peu pour que le nom de Brad Marchand apparaisse dans ce palmarès.

Chandail #64 – Nail Yakupov
L’espoir des Oilers portait le numéro 64 depuis son entrée dans la LNH, puis il a changé pour le #10 cette saison. Superstitieux le jeune homme? Il a effectivement besoin de toute forme d’aide qu’il peut trouver.

Chandail #65 – Erik Karlsson
Il ne fait aucun doute que le numéro 65 est associé au pilier de la défensive des Sénateurs.

 

Mario Lemieux

Mario Lemieux, 1984

Chandail #66 – Mario Lemieux
Mario Le Magnifique occupe le 8e rang des marqueurs de l’histoire. Fait intéressant : sa moyenne de points par match est comparable à celle de Wayne Gretzky (1,88 versus 1,92 pour le #99).

 

Max Pacioretty

Max Pacioretty, 2014

Chandail #67 – Max Pacioretty
Max compte dix buts gagnants à sa fiche en 2014-2015 (au 1er avril). L’an dernier, le prolifique attaquant du CH avait terminé au sommet de la Ligue à ce chapitre avec 11.

Chandail #68 – Jaromir Jagr
Mine de rien, Jagr est tout près de Ron Francis (1 798 points en carrière) au 4e rang des meilleurs marqueurs de l’histoire de la Ligue nationale (en date du 31 mars 2015). Le différentiel de +291 du numéro 68 est également exceptionnel.

 

Andrew Desjardins

Andrew Desjardins, 2011

Chandail #69 – Andrew Desjardins
Seulement deux joueurs ont osé arborer le 69 : Andrew Desjardins avec les Sharks (2008, 2011 et 2012) et Mel Angelstad avec les Capitals (2004). Ce dernier n’a disputé que deux matchs dans la Ligue nationale.

Chandail #70 – Braden Holtby
Les gardiens s’approprient rarement les gros numéros. D’autre part, Holtby était pas mal le seul candidat potable.

Chandail #71 – Evgeni Malkin
La constance incarnée. Malkin a disputé son premier match dans la LNH en 2006, et depuis, il a compté 268 buts et amassé 434 passes en 583 rencontres.

Chandail #72 – Mathieu Schneider
Mathieu a porté 11 différents numéros, mais il a endossé le 72 durant cinq saisons.

 

 Michael Ryder

Carey Price et Michael Ryder, 2013

Chandail #73 – Michael Ryder
Si Guy Carbonneau avait porté le #73 au lieu du 21, il aurait fait partie de cette liste. Mais ce n’est pas le cas et nous devons nous contenter de Ryder.

Chandail #74 – T.J. Oshie
Je n’allais tout de même pas inscrire le nom de notre cher Sergei Kostitsyn. D’ailleurs, il ne nous envoie pas souvent de cartes postales.

Chandail #75 – Hal Gill
Gill mérite cet honneur (effectivement, il y avait très peu de choix), mais j’aime bien la combativité de Ryan Reaves, des Blues. Il est actuellement cinquième au chapitre des mises en échec, avec 255 en 75 matchs.

 

PK Subban

PK Subban, 2014

Chandail #76 – P.K. Subban
Notre défenseur étoile est sans contredit le meilleur joueur de la Ligue nationale à avoir patiné avec le 76 sur son uniforme.

Chandail #77 – Raymond Bourque
Paul Coffey, Pierre Turgeon et Adam Oates ont connu une brillante carrière, mais le 77 sera à jamais associé au légendaire défenseur originaire de Montréal.

Chandail #78 – Marc-Antoine Pouliot
Ce joueur natif de Québec a été repêché par les Oilers au premier tour en 2003. Aujourd’hui, il est le premier marqueur de son équipe en Suisse.

 

Andrei Markov

Andrei Markov, 2015

Chandail #79 – Andrei Markov
Markov est mon choix final, mais j’ai conservé quelques bons souvenirs d’Alexei Yashin (il a quand même eu le temps d’amasser 781 points en 850 matchs dans la LNH).

Chandail #80 – Nik Antropov
Antropov a pris sa retraite de la LNH en 2013. C’est passé sous silence, mais ça n’empêche pas qu’il est considéré comme le #80 le plus talentueux de l’histoire.

Chandail #81 – Marian Hossa
Les fans des Leafs auraient peut-être préféré que je privilégie Phil Kessel, mais non.

Chandail #82 – Martin Straka
Lors de la saison 2000-2001, chez les Penguins, Jaromir Jagr avait cumulé 125 points, alors qu’Alex Kovalev et Martin Straka en avaient amassé chacun 95. Mario Lemieux avait quant à lui récolté 35 buts 41 passes… en 43 matchs.

Chandail #83 – Ales Hemsky
Passeur hors pair, Hemsky a le compas dans l’œil. Mais sa vue semble avoir baissé depuis qu’il est à Dallas, puisqu’il ne franchira pas la barre des 35 points cette saison (en plus de 70 rencontres).

Chandail #84 – Mikhail Grabovski
J’avais le choix entre deux candidats, et Guillaume Latendresse n’a pas été retenu.

Chandail #85 – Petr Klima
L’une des très, très rares questions que Gerry Rochon avait ratée à l’émission Tous pour un – alors animée par Gilles Gougeon – était celle-ci : « Pourquoi Peter Klima a-t-il choisi le numéro 85? »
La réponse se trouve à la 8e minute, mais la vidéo en entier vaut la peine d’être écoutée :

 

Chandail #86 – Wojtek Wolski
J’avais les mains liées; W.W. est le seul qui a endossé le 86 durant plus de deux saisons.

 

Sidney Crosby

Sidney Crosby, 2015

Chandail #87 – Sidney Crosby
Au fait, pourquoi Sid The Kid a-t-il choisi le numéro 87? Parce qu’il est né en 1987, le 7e jour du 8e mois. Par ailleurs, le contrat que Crosby a signé est de 8,7 millions de $ par année. Bref, il serait un peu plus riche s’il était venu au monde un an plus tard… ou s’il n’était pas si superstitieux!

Chandail #88 – Patrick Kane
Pardon? Eric qui? Ah oui, Lindros… Si j’étais directeur général et que j’avais l’opportunité de mettre sous contrat l’un de ces deux joueurs (au meilleur de leur forme), j’opterais pour Kane.

Chandail #89 – Alexander Mogilny
Mogilny survolait la patinoire et ses mains étaient plus rapides que leurs ombres. D’ailleurs, il a même déjà marqué un but après 5 secondes de jeu :

 

Chandail #90 – Joé Juneau
L’attaquant qui a vu le jour à Pont-Rouge avait franchi la barre des 100 points à Boston en 1992-1993. Ça n’avait toutefois pas empêché les Sabres de blanchir les puissants Bruins en séries, avant d’être éliminés à leur tour en 4 par Montréal. Et vous connaissez la suite.

 

Sergei Fedorov et Nicklas Lidstrom

Sergei Fedorov et Nicklas Lidstrom, 2003

Chandail #91 – Sergei Fedorov
Pourquoi pas Steven Stamkos, auteur de 273 buts et 221 passes en 488 parties? Parce que Sergei Fedorov (1 179 pts en 1 248 matchs) a gagné les trophées Hart, Frank J. Selke (2 fois) et Lester B. Pearson, en plus d’avoir grandement contribué à la conquête de trois Coupe Stanley avec les Red Wings. Ça penche dans la balance. Mais je serai prêt à rouvrir le dossier dans quelques d’années.

Chandail #92 – Rick Tocchet
Gabriel Landeskog, le plus jeune capitaine de l’histoire de la Ligue, devrait être un digne successeur à l’ancien des Flyers.

Chandail #93 – Doug Gilmour
Doug Gilmour est en haut de la liste, mais parmi les vedettes de la nouvelle génération, deux d’entre elles portent avec fierté le 93 : Jakub Voracek et Ryan Nugent-Hopkins.

 

Ryan Smyth

Ryan Smyth, 2014

Chandail #94 – Ryan Smyth
Smyth a fait preuve de classe en allant terminer sa carrière là où il l’avait entreprise d’une si belle façon, à Edmonton. Je respecte ça.

Chandail #95 – Alexei Morozov
Pratiquement personne n’a endossé le 95 et une seule l’a fait durant plus d’une saison (Morozov). Pourquoi donc? Mystère…

Chandail #96 – Tomas Holmstrom
C’est vrai que Phil Housley a porté le 96 durant trois campagnes, mais son « vrai » numéro, c’était le 6. Voilà la raison pour laquelle j’ai opté pour Tomas Holmstrom.

Chandail #97 – Jeremy Roenick
Un joueur d’impact qui aurait sacrifié sa vie pour ses coéquipiers (et peut-être vendu sa mère pour une bague de la Coupe Stanley).

Chandail #98 – Brian Lawton
Il est le seul à avoir arboré ce chandail (en 1984 et 1985, avec les North Stars du Minnesota). À quand le prochain? Est-ce que c’est trop prétentieux?

 

Wayne Gretzky

Wayne Gretzky, 1983

Chandail #99 – Wayne Gretzky
Deux autres attaquants ont porté le #99 en même temps que Gretzky dans les années 80 : Wilf Paiement et Rick Dudley. Par ailleurs, Joe Lamb, Desse Roche et Leo Bourgeault (trois anciens du Canadien) ont eux aussi joué avec un 99 sur leur chandail.

#0 et #00
En terminant, pour les curieux, Neil Sheehy a brièvement porté le numéro 0 avec les Whalers de Hartford en 1988, tout comme John Moore avec les Rangers en 2015 (calendrier hors-concours).

Martin Biron (1996) et John Davidson (1978) sont les deux seuls joueurs à avoir osé endosser le double zéro. Le Québécois portait le chandail numéro 00 lorsqu’il a gardé ses premiers matchs dans la LNH, avec les Sabres.

Je vous invite à commenter et à partager!

*** Si vous êtes amateur de palmarès et de nouvelles sportives insolites, suivez-moi sur Twitter et jetez un coup d’œil à mes autres chroniques ***

(Crédit: Getty Images)



Commentez cet article